En amour, nos peaux sont plus intelligentes que nos mots …

En amour, nos peaux sont plus intelligentes que nos mots …

couple peaux 2

Nous traversons parfois des moments tendus, l’ambiance est lourde; chez certains gorgée d’étincelles, chez d’autres empesée de silences chargés. Nous nous sentons déconnectés, à des kilomètres l’un de l’autre… Le passage est douloureux, plus où moins selon notre sensibilité (et selon la vigueur de nos blessures d’enfance).

Brutus se taille la part du lion, notre réactivité est aux commandes et nous pensons naïvement qu’elle nous protège de notre « affreux » partenaire (qui a du faire bien des choses de travers, sinon nous n’en serions pas là😉 ). Parce que lorsque l’autre appuie sur nos « boutons rouges », ces zones de nous qui demandent à grandir, nous préférons le trouver affreux et mettre sur lui le blâme plutôt que de regarder l’appel de la vie à grandir, à nous déployer plus large, à récupérer nos talents.

Avez-vous remarqué que dans ces moments là nous ne nous regardons plus (je parle de goûter son partenaire avec les yeux, d’investir le pont du regard …), et nous ne nous touchons plus, ni les mains, ni les corps, rien ?…

Quelle bêtise de nous priver de ces canaux à des moments où le besoin de connexion , de sécurité affective est si criant!

Evidemment nous allons avoir à faire un travail de nettoyage, évidemment nous devrons visiter ces endroits sensibles qui ont été touchés, évidemment il faudra passer par le langage et ne pas rater une occasion de se connaitre mieux. Sinon la fermentation de toutes ces occasions empoisonnera l’espace sacré de notre relation…

Mais l’heure n’est pas à la parole.

L’heure est aux peaux.

L’heure est aux respirations.

L’heure est aux corps.

Devenez intentionnel et conscient dans la relation.

Prenez votre partenaire dans vos bras, en silence, au moins une minute. Sentez son odeur, si familière; sa chaleur, tellement touchante;les battements de son cœur, sa respiration,  il est vivant, sensible, il est là avec vous… Regardez-vous dans les yeux avec des yeux doux, regardez-vous dans les yeux longuement, reconnaissez-vous. Vous étiez tellement loin!  (à faire aussi quand la météo est au beau fixe, c’est du carburant pour votre relation).

Prenez-vous les mains, laissez-vous sentir l’autre, ne serait-ce que par ce contact. Depuis tous ces mois, toutes ces années ensemble vous avez créé un code avec vos peaux, c’est votre code à tous les deux. Vos peaux savent le merveilleux de l’autre, elles ne se seront pas laissées avoir par vos cerveaux et leurs cohortes de projections et d’élucubrations douloureuses…

Votre cerveau va commencer à inonder votre corps d’un cocktail d’hormones bénéfiques pour le lien, l’apaisement, le bien-être… et la santé en général! (peau, système immunitaire ….) Je publierai bientôt ici un billet spécial scientifique sur ces passionnantes hormones de l’amour.

Ne vous privez plus jamais de ce média des peaux, vos mains l’une dans l’autre échangent des milliers d’informations à votre insu et sont dans ces moments beaucoup plus constructives que vos cortex. Ne vous privez jamais de cette nourriture de l’étreinte.

Quand vous dormez, laissez toujours traîner une main, un mollet, une fesse à portée de l’autre; même en dormant, ça communique! Surtout ne faites pas chambre à part quand l’heure est à l’orage, vos passeriez à côté de belles occasions de reconnexion (sans rien forcer surtout ).

Laissez-vos corps retrouver le chemin de vos cœurs!

Florentine d’Aulnois-Wang

Le couple : mode d’emploi

Voici aujourd’hui une très bonne synthèse du livre de Harville Hendrix,  Le couple mode d’emploi réalisée par  Thierry Redon sur le blogdudevperso.

Tous les couples d’amour sont voués à l’échec. C’est en tous cas ce que l’on pourrait croire en commençant la lecture du livre « Le couple, mode d’emploi » de Harville HENDRIX. Les statistiques sur les divorces ne sont pas là pour nous rassurer avec une tendance qui va dans le mauvais sens : nous sommes passé de 47% à 52% en 10 ans en France(Sources Wikipedia et INSEE).

 Plus d’un couple sur deux fini par divorcer. Mais ceux qui restent ensemble, sont-ils heureux ? Pas si évident que ça à en croire Harville qui nous explique qu’à peine 5% des couples dépasse la phase de « Lutte pour le pouvoir ».

 Mais alors :

  • Est-ce qu’il est possible de sortir de cette sombre fatalité ?
  • Pourquoi Harville HENDRIX est -il devenu fermement partisan du mariage « pour la vie » au fur et à mesure de ses 40 années de pratique de Thérapeute conjugal ?
  • Comment est-ce que Harville et sa femme, Helen, font pour rayonner autant de bonheur après 32 ans de mariage et 6 enfants ?

 Tous les couples d’amour sont voués à l’échec… à moins qu’ils ne s’engagent dans un chemin de conscience et de transformation ensemble.

 Découvrez les explications au travers de la synthèse du livre « Le couple, mode d’emploi » de Harville HENDRIX que je vous propose ici.

Un mot sur l’auteur et sa méthode

Harville HENDRIX est thérapeute de couple depuis plus de 40 ans. De renommée internationale, il a inventé la méthode IMAGO qu’il continue de co-créer avec son épouse Helen LaKelly Hunt. Ensemble, ils ont écrit 10 livres sur la thématique de la relation amoureuse.

A ce jour, plus de 1200 thérapeutes utilisent leur méthode dans 37 pays (pour consulter la liste des thérapeutes Imago en France cliquer ici)

Harville et Helen sont mariés depuis 32 ans, ont 6 enfants et vivent à Dallas, au Texas.

Qu’est-ce que la méthode IMAGO ?

La méthode IMAGO est LA méthode par excellence utilisée en thérapie de couple. Au travers de nombreux exercices d’une part, et d’une méthodologie de communication d’autre part (Appelée le Dialogue IMAGO), elle permet de mettre en évidence et de transformer les phénomènes inconscients qui se jouent dans la relation. In fine, cela apporte des guérisons profondes et renforce le couple bien au-delà de n’importe quelle autre approche.

Que veut dire IMAGO ?

IMAGO est le mot, d’origine latine, que Harville HENDRIX a choisi pour décrire l’image d’une personne du sexe opposé que nous nous sommes constituée depuis notre naissance.  Celle-ci est une représentation« composite des personnes qui ont le plus influencé notre petite enfance » Elle est plus particulièrement marquée par « les personnes qui nous ont le plus blessés, parce qu’elles ont paru menacer notre existence » .

Le conjoint idéal  

Dans notre quête du conjoint idéal, nous recherchons inconsciemment quelqu’un qui ressemble à notre IMAGO. Par opposition, quelqu’un qui ne ressemble pas à notre IMAGO ne suscite que peu d’intérêt pour nous. Dit autrement, nous recherchons inconsciemment quelqu’un qui incarne les traits principaux des personnes qui nous ont marqué dans notre petite enfance : Papa, maman, ou les personnes qui ont joué ces rôles-là. Michael Brown, dans son livre « Le processus de la Présence » dirait que l’on recherche quelqu’un qui suscite en nous les mêmes charges émotionnelles que celles que nous avons vécues dans notre enfance.

 Nous choisissons nos partenaires pour deux raisons fondamentales  :

  1. Ils ont à la fois les qualités et les défauts des personnes qui nous ont élevés.
  2. Ils compensent les parties positives de nous-mêmes dont nous avons été amputées dans notre enfance.

Nous abordons la relation dans l’idée inconsciente que notre partenaire se substituera à nos parents et compensera toutes les privations de notre enfance. La seule chose à faire pour guérir nos blessures est de former une relation intime et durable.

Les grandes étapes

Un couple se construit en trois grandes étapes :

  • L’amour romantique
  • La lutte pour le pouvoir
  • Devenir un couple conscient

L’amour romantique

Pourquoi notre cœur bat si fort à son contact ?

 Harville HENDRIX nous fait remarquer qu’en écoutant les chants populaires, en lisant des poèmes d’amour, des pièces de théâtre ou encore des romans, nous pouvons retrouver un langage universel de l’Amour qui décrit les quatre grands phénomènes suivants  :

  1. Le phénomène de Reconnaissance :« Nous venons tout juste de nous rencontrer mais j’ai pourtant l’impression de te connaître déjà ». Cela est directement lié à notre IMAGO.
  2. Le phénomène Intemporalité « C’est étrange. Il n’y a que peu de temps que nous nous fréquentons, mais je ne me souviens pas du temps où je ne te connaissais pas ». Cela est lié au fait que notre mémoire émotionnelle n’a pas la notion du temps.
  3. Le phénomène de Réunification« Quand je suis avec toi, je ne me sens plus seul, je me sens complet ». Cela est lié à la sensation que notre partenaire compense des parties de nous-même dont nous avons été amputées en réaction à nos blessures d’enfance.
  4. Le phénomène de Nécessité« Je t’aime tellement, je ne peux pas vivre sans toi ». Cela est lié :
    1. Au fait que l’on transpose sur son partenaire le rôle de parent. Hors, lorsque nous étions nourrissons, nous ne pouvions pas survivre sans parent.
    2. Au fait que perdre l’autre reviendrait à perdre la sensation de plénitude et ce nouveau sens de soi, ce qui laisserait place à la solitude et à l’anxiété de se sentir incomplet.

 Au-delà de ces quatre grands phénomènes, nous pouvons remarquer les cinq phases suivantes lors de la période d’Amour romantique :

  1. L’empathie: Durant cette période les partenaires ressentent une forte empathie l’un pour l’autre et pour le monde. Ils se sentent reliés au monde qui les entoure.
  2. L’entretien de l’illusion: Durant cette période chacun montre le meilleur de lui-même sans que cela ne lui demande le moindre effort.
  3. Le déni: Les partenaires se mettent des œillères sur les travers de l’autre.
  4. Les projections: Chaque partenaire projette sur l’autre sa propre histoire de famille ou ses propres travers. Cela va donner lieu à de nombreuses interprétations erronées.
  5. La prise de conscience: Dans cette dernière phase, chaque partenaire prend conscience de l’homme ou de la femme avec qui il est, au-delà du personnage idéalisé qu’il voyait jusque-là. Il prend conscience de ses réelles qualités et de ses travers.

La lutte pour le pouvoir

La lutte pour le pouvoir survient classiquement après qu’un engagement dans le couple soit pris (Vie commune, mariage, etc.). En effet, c’est à partir de cette étape là, que les partenaires cessent de montrer le meilleurs d’eux-mêmes (Cf la phase de « L’entretien de l’illusion ») et qu’ils attendent plus ou moins consciemment que l’autre comble leurs besoins. Trois sources majeures de la lutte pour le pouvoir voient alors le jour :

  1. Ce qui me plaisait chez l’autre m’exaspère désormais: En réalité, cela réveille en moi les sentiments et les aspects tabous que j’ai étouffés en réaction à mes blessures d’enfance
  2. L’autre réveille mes blessures: Ceci peut être lié :
    1. Soit au fait que mon partenaire incarne pleinement mon IMAGO (Rappelons que cette image est marquée par les personnes qui nous ont le plus blessés)
    2. Soit parce que je projette sur l’autre mon histoire familiale
    3. Soit parce que je provoque inconsciemment chez l’autre des réactions qui vont activer mes propres blessures
  3. Je projette sur l’autre mes propres travers: Dit autrement, je lui reproche ce que je ne supporte pas chez moi

Les tactiques pour se faire entendre

Comme nous l’avons vu précédemment, « nous abordons la relation dans l’idée inconsciente que notre partenaire se substituera à nos parents et compensera toutes les privations de notre enfance ». Lorsque celui-ci ne satisfait pas nos besoins, il est alors naturel que nous réagissions comme nous avons appris à le faire pour survivre lorsque nous étions nourrisson : En hurlant jusqu’à ce que maman vienne et réponde à nos besoins sans même que j’ai à les exprimer clairement  (Dormir, manger, changer la couche, etc.).

 A l’âge adulte, cela pourra pendre les formes suivantes :

  • Agressivité verbale : Critique, injures, etc.
  • Agressivité physique :Pouvant aller jusqu’à la violence
  • Agressivité passive: Renfermement sur soi (Bouderie), refus de sexualité, etc.

 A l’inverse de ces comportements liés à une croyance archaïques, les partenaires gagneront à apprendre à exprimer leurs besoins de manière claire et précise. Au travers des outils qu’elle propose, la méthode IMAGO favorise cela.

Devenir un couple conscient

Harville HENDRIX insiste sur le fait que devenir un couple conscient demande un réel et profond engagement des deux partenaires. Il nous indique également que cela prend du temps et que cela passera inévitablement par des crises, des efforts et des sacrifices. Enfin, cela nécessitera d’abandonner ses anciennes croyances sur le couple et sur son partenaire.

 Il liste les dix caractéristiques d’un mariage conscient

  1. Vous réalisez que votre relation amoureuse a un but caché, à savoir guérir les blessures d’enfance
  2. Vous vous créez une image plus précise de votre partenaire
  3. Vous assumez la responsabilité de communiquer vos besoins et vos désirs à votre partenaire
  4. Vous devenez plus intentionnels dans vos relations
  5. Vous apprenez à estimer que les besoins et les désirs de votre partenaire ont autant de valeur que les vôtres
  6. Vous embrassez les parties sombres de votre personnalité
  7. Vous apprenez de nouvelles techniques pour satisfaire vos besoins et vos désirs fondamentaux
  8. Vous cherchez en vous-même les forces et les aptitudes qui vous manquent
  9. Vous devenez plus conscient de votre pulsion d’amour, de votre soif de complétude et d’unité avec l’univers
  10. Vous acceptez la difficulté de créer un bon mariage

 Bien qu’étant positionnée à la fin, la dixième caractéristique est sans aucun doute la plus fondamentale. En effet, sans cette conscience là, aucune des autres ne portera ses fruits.

 Tout ceci étant dit, et prenant en considérations que les habitudes ont eu le temps de s’ancrer au fil des années, il ne faudra pas négliger la peur du changement tout au long de ce chemin de conscience.

 Harville HENDRIX nous indique qu’à peine 5% des couples parviennent à dépasser le stade de la lutte pour le pouvoir.

L’Amour sous toutes ses formes

Selon le stade d’évolution du « couple conscient », le mot Amour prend des définitions bien différentes:

  • Les deux premières étapes du mariage : Amour romantique et Lutte pour le pouvoir
  • Troisième étape du mariage : Transformation de l’Amour en un élan vital dirigé vers le partenaireavec la volonté de faciliter sa guérison
  • Dernière étape du mariage : L’Amour réel, se voir sans se déformer mutuellement.L’amour jaillit naturellement entres eux sans effort apparent. Le partenaire n’est plus perçu comme un parent de substitution ou un ennemi, mais comme un ami passionné.

Conclusion

Tous les couples d’amour sont voués à l’échec. C’est en tous cas ce que l’on pourrait croire en commençant la lecture du livre « Le couple, mode d’emploi » de Harville HENDRIX. Au fur-et-à-mesure de la lecture, nous comprenons que les motivations inconscientes dans le choix du partenaire sont directement liées à nos blessures d’enfance. Ainsi, notre partenaire idéal :

  1. Possède à la fois les qualités et les défauts des personnes qui nous ont élevés.
  2. Compense les parties positives de nous-mêmes dont nous avons été amputées dans notre enfance.

 Le couple est certainement le meilleur espace pour prendre conscience de ces blessures, pour en prendre soin et pour les transformer. Cela nécessite un réel et profond engagement des deux partenairesprend du temps, et passera inévitablement par des crises, des efforts et des sacrifices.

 Ce chemin de conscience nécessitera d’abandonner ses anciennes croyances sur le couple et sur son partenaire et imposera de dépasser sa peur du changement.

 

Prendre cet engagement dans le couple et s’y tenir ne serait -il pas le plus beau cadeau qu’il puisse être fait à soi-même et à son partenaire ?

 

Pour nous accompagner dans ce chemin, Harville HENDRIX nous propose de nombreux exercices à pratiquer ensemble au cours d’un cycle de 10 semaines. A découvrir sans plus attendre dans son livre « Le couple Mode d’Emploi »

Voir également les autres articles sur le couple

Orgasme et accouchement … Réflexe d’éjection

Combien de temps l’espèce humaine pourra t’elle survivre sans amour ?
 
Voilà une question qui m’a interpellé lorsque j’ai lu les premières pages du livre « Fonctions des orgasmes » du Dr Michel ODENT.
 
Je vous propose de découvrir ici les grandes idées présentées dans son ouvrage.
 
Le réflexe d’éjection du fœtus
 
L’orgasme génital et l’accouchement présentent de nombreuses similitudes dans leur fonctionnement. Nous pourrions dire que les deux s’appuient sur les mêmes mécanismes.
 
Même si cela est peu connu, de nombreuses femmes témoignent d’un état extatique ou d’un orgasme lors de la naissance de leur enfant par voie naturelle.
 
Tout comme l’orgasme génital nécessite un profond abandon de soi, il existe un « réflexe d’éjection du fœtus » qui nécessite un profond relâchement de la femme en travail. Celui-ci peut se faire lors d’un accouchement physiologique (hors péridural et hors césarienne), et se trouve favorisé par les conditions suivantes :
 
Parler le moins possible pour réduire à son minimum les processus mentaux de la femme en travail
Préférer une lumière basse, en plaçant par exemple quelques bougies uniquement
Laisser la femme se mettre dans la position que son corps lui indique intuitivement (une bonne capacité d’écoute à son corps pouvant être favorisée par la pratique du Yoga pendant les mois qui précédent, par exemple)
Laisser faire les mouvements qui viennent naturellement, sans contraintes
Laisser la femme crier comme elle le souhaite, quelque soit le vocabulaire utilisé !
L’accouchement devra avoir lieu dans un environnement dans lequel la femme se sentira en sécurité et à son aise
Peu de personnes autour et pas de caméra si cela la met mal à l’aise
Tout comme pour un orgasme génital, intervenir ou parler réactive le mental, ce qui coupe le processus naturel. Ainsi, pour que le réflexe d’éjection du fœtus puisse avoir lieu, il est important que la femme ne se sente ni observée, ni jugée. Il est nécessaire qu’elle se sente profondément libre de ses actes.
 
Le rôle des hormones
 
Dr Michel ODENT nous dit « Dans une perspective hormonale, les similarités entre le réflexe d’éjection du fœtus, le réflexe d’éjection du sperme, l’orgasme génital féminin et le réflexe d’éjection du lait son évident.
Le même « cocktail orgasmogénique » est impliqué dans tous les épisodes de la vie sexuelle. Ce cocktail inclut toujours la libération d’ocytocine, l’hormone du calme et de l’amour, et la libération de morphines naturelles, suivies de la libération de prolactine » (Extrait, p. 76).
 
L’hormone la plus importante de toutes est certainement l’ocytocine car celle-ci est fondamentale dans la création du lien d’amour mère-enfant. L’auteur nous indique : « Nous pouvons raisonnablement prétendre que le pic le plus élevé d’hormone de l’amour qu’une femme a la capacité de libérer pendant toute sa vie se situe immédiatement après la naissance du bébé » (Extrait, p. 28).
 
Il nous explique par ailleurs qu’il a été observé que « quand l’accouchement des mammifères non humains est perturbé, les effets sont immédiatement et facilement décelables (…). Par exemple, quand les autres mammifères accouchent par césarienne ou avec une péridurale, la mère, en générale, ne s’intéresse pas à ses bébés« (Extrait, p. 139).
Ce phénomène est, bien entendu, beaucoup moins contrasté chez les humains car nous sommes « directement influencés par le milieu culturel » et par notre mental. Par extrapolation, nous pouvons toutefois nous interroger sur les conséquences sur l’humanité de la multiplication des accouchements par césarienne et avec péridurale.
 
Lors de l’accouchement, une seconde hormone peut intervenir : l’adrénaline. Elle peut voir deux conséquences :
 
Libérée avant le début du travail, elle pourra avoir pour conséquence de le retarder. C’est ce qu’il peut arriver en cas de danger à l’entour, par exemple en temps de guerre.
En revanche, si le danger apparaît alors que le travail a débuté, une libération naturelle d’adrénaline pourra accélérer le processus.
La connexion entre la mère et le bébé
 
De tout temps et dans toutes les civilisations, l’Homme a inventé des rituels et a développé des croyances qui, in fine, coupent le lien entre la mère et l’enfant juste après l’expulsion. Hors, celui-ci est primordial pour que l’enfant se sente accueilli, d’une part, et pour que la mère développe et libère tout son amour d’autre part.
 
L’importance de cette connexion a été mise en évidence dans les années 70. Elle est pleinement altérée lors des accouchements par césarienne, où l’enfant est amené rapidement dans une autre pièce que le bloc opératoire où se trouve la mère.
 
Dr Michel ODENT nous dit : « Dans le cas particulier des minutes qui suivent la naissance, l’hormone « timide » (l’ocytocine) ne se montre qu’à condition qu’il fasse suffisamment chaud, et que la mère ne soit nullement distraite alors qu’elle découvre son bébé par le contact de peau à peau, le croisement des regards, et aussi le sens de l’odorat » (Extrait, p. 29).
 
« Cela va de pair avec le rituel très répandu qui consiste à se dépêcher de couper le cordon« (Extrait, p. 35) et « toutes les croyances visant à interdire le bébé du colostrum et à limiter la durée de l’allaitement« (Voir chap. VI).
 
L’amour et son avenir
 
Dr Michel ODENT nous présente deux scénarios de l’avenir de l’amour : un pessimiste et un optimiste.
 
Il nous dit « Dans le contexte actuel, il y a de sérieuses raisons d’être pessimiste en ce qui concerne l’avenir de l’amour. (…) Il n’est plus nécessaire d’opposer les accouchements par voie vaginale et les accouchements par césarienne. Il convient plutôt de proposer une nouvelle classification simplifiée de la naissance des bébés (…)d’une part, les naissances qui impliquent la libération d’hormones de l’amour (…) d’autre part, celles qui n’impliquent pas la libération de telles hormones. » (Extrait, p. 128) C’est le cas des « naissances (…) contrôlées par des substituts pharmacologiques » (Extrait, p. 129).
 
Mais il nous dit également que « Les scénarios optimistes impliquent que les générations futures réaliseront que l’inutilité des hormones de l’amour est l’aspect le plus inquiétant de la domination de la nature » (Extrait, p. 131). Ainsi, tout se joue dans les prises de consciences individuelles, pour une transformation collective.
 
Conclusion
 
Dans son livre, Michel ODENT nous rappelle toute la dimension sacrée de l’accouchement physiologique. Il nous présente également l’importance du lien d’amour mère-enfant qui se créé particulièrement lors d’un accouchement naturel, par la libération d’un important flux hormonal d’ocytocine. Celui-ci a lieu après le « Réflexe d’éjection du fœtus ». Il ne se produit pas dans le cas d’accouchements avec péridurale ou avec césarienne.
 
Il indique l’importance de ce niveau de conscience pour l’avenir de l’Amour au sein de l’humanité.
 
Il conclut un précisant que « les femmes qui ont besoin de césariennes ou de médicaments pour mettre au monde leurs bébés ne doivent pas se sentir coupables. Elles ne doivent pas trop s’inquiéter pour l’avenir de leurs bébés en tant qu’individus : grâce au milieu culturel dans lequel ils évoluent, les êtres humains ont d’énormes capacités d’adaptation. » (Extrait, p. 144).
 
Il termine en disant que « ces mères doivent accepter comme tout le monde que les questions se posent en termes de civilisation » (Extrait, p. 145).
 
A titre personnel, je souhaite rajouter de la modération aux propos de l’auteur. Peut-être a-t-il souhaité volontairement être percutant dans sa prise de position pour faire évoluer les mentalités.
 
Il m’apparaît en effet important de souligner que le choix du mode d’accouchement (physiologique, péridurale, césarienne) est très personnel et doit être respecté pour le plus grand bien du nourrisson et de la mère. De plus, certains accouchements nécessitent d’être médicalisés. Il n’en demeure pas moins que les bébés sont accueillis dans l’Amour.
 
Un livre passionnant que je vous invite à découvrir : « Fonctions des orgasmes« , de Dr Michel ODENT 
http://blogdudevperso.com/espece-humaine-sans-amour/

Sexualité sublimée

Les 4 chemins de la  Sexualité sublimée

Chacun suivra son propre chemin. La voie choisie sera en parfaite résonnance avec sa propre conscience. Un changement de conscience entraînera un changement de chemin. Un changement de chemin entraînera un changement de conscience. La première question à se poser est la suivante:  » Quel est le but de ma vie ? « 

Ma réponse définira par elle-même la voie à choisir.
C’est l’école de la Vie qui se chargera au moment voulu de nous enseigner le chemin à suivre. Souvent c’est par le chemin de la souffrance que l’être humain arrive à trouver sa direction et à tirer les meilleures conclusions, le cas échéant c’est par la voie de la sagesse.

  • Le chemin de la sexualité animaliste :

    Les adeptes de la voie 1 se limiteront au plaisir du frottement. Ils suivront le chemin du laser horizontal, vivront la déception, la misère sexuelle, la jalousie, la frustration et feront l’expérience du vide intérieur, de l’insatiabilité et de la séparativité. Ils vivront dans l’effervescence, leurs échanges seront disharmonieux et ils seront entourés des vampires du bas astral.

  • Le chemin du refoulement sexuel

    Les puritains qui suivent la voie du refoulement sexuel vivront dans les tourments, la solitude, la souffrance émotionnelle et mentale. Ils auront un mental perturbé, le regard lessivé, un visage sans vie, des gestes sans harmonie, un cœur comme un congélateur. La vie monastique, au lieu de les libérer, sera devenue leur prison. Ils se rongeront les doigts et se doucheront à l’eau froide. Ainsi il peut ête conseillé à certaines personnes qui vivent une abstinence sexuelle artificielle de se questionner sur l’utilité de leur renoncement sexuel. Parfois il vaut mieux quitter la vie monastique, afin d’être franc avec soi-même et les autres, de vivre une sexualité épanouie et ainsi retrouver la paix du mental.

  • Le chemin de l’émerveillement

    Les adeptes de la voie 3 vivront dans l’émerveillement, la gratitude, la dilatation et considéreront leur partenaire comme une manifestation de la Divinité. La femelle d’antan se transformera en femme Céleste et l’étalon d’antan en homme Divin. Dans cet état d’esprit ils ne se considéreront plus comme des objets de plaisir ou des concurrents, mais comme des êtres complémentaires, capables de donner à l’autre une nourriture sublime, divine et délectable.  Leur union sexuelle sera d’une telle harmonie et d’une telle pureté que leur fréquence vibratoire fera vibrer le diapason du monde de lumière.

  • Le chemin de la plénitude

    Les adeptes de la voie 4, à force d’avancer sur leur chemin, se rapprocheront de la plénitude. Grâce au nectar qu’ils sont capables de distiller à travers la sublimation de l’énergie sexuelle, ils auront un carburant de premier choix à disposition qui leur permettra d’avancer à grande vitesse et de laisser derrière eux le brouillard qui cache la vue sur l’invisible. Sublimer l’énergie sexuelle, c’est transformer cette énergie encore à l’état brut en une énergie plus subtile afin d’accéder à des régions plus élevées pour obtenir quelque chose de meilleur. L’énergie sexuelle une fois raffinée, transformée et spiritualisée se manifestera plus haut en tant qu’amour à travers le cœur, en tant que sagesse à travers l’intellect et en tant que lumière à travers les yeux. La plénitude sera leur compagnon de route de tous les jours. Rien ne leur manquera puisque dans la plénitude tout est présent, y compris les plaisirs ordinaires.

     Pour être au clair, il ne s’agit pas de renier ni l’énergie sexuelle, ni la femme, ni l’homme, mais d’utiliser le carburant sexuel afin d’en extraire une quintessence. L’énergie sexuelle est une énergie vivante. C’est la force forte de toutes les forces, comme le disait Hermès Trismégiste. Sa nature, c’est le mouvement et si on essaie de l’enfermer, elle risque de briser la prison. Lorsqu’il y a trop de pression, l’être humain risque de perdre le nord, de dérouter et de commettre des actes regrettables et irréparables. Un barrage, lorsqu’il y a trop de tension, finit par se briser, provoquer des inondations et des catastrophes. Mieux vaut ouvrir les vannes. L’énergie sexuelle a besoin de circuler et pour cela il y a deux possibilités: 

     Soit on ouvre une vanne vers le bas (c’est la voie que tout le monde connaît), soit on active le laser vertical et on la dirige vers les hauteurs (cette voie-là est moins connue) afin qu’elle puisse irriguer nos terres intérieures, comme les Egyptiens dans le passé qui avaient creusé des canaux pour que les eaux du Nil fertilisent leur pays.

     La voie 4 deviendra  évidente le jour où votre coeur, votre intellect, votre volonté, votre âme et votre esprit vous pousseront à aller dans cette direction. Dans ce cas vous le saurez, il n’y aura plus de doute et surtout vous ne vous poserez plus « cette » question.

Vagin émotionnel

« Chaque vagin, jusqu’à ce qu’il soit aimé de façon juste, est un vagin émotionnel, relativement dur, musculeux, dans l’expectative, sur ses gardes et peu réceptif. Bien que cette tension vaginale réelle puisse être imperceptible pour la femme, elle pourra en sentir les effets dans le jeu de ses émotions. Un vagin qui a été utilisé par beaucoup d’hommes émotionnels commence à réagir comme un pénis émotionnel. Il devient dur, avide, se comporte comme un prédateur et se concentre sur l’orgasme. Lorsqu’un vagin est aussi affamé sexuellement, il ne pourra générer que peu d’éveil à l’amour chez la femme elle-même. Elle sent l’amour à l’intérieur d’elle, comme tout autre femme, mais lorsque la relation sexuelle commence, l’amour se trouve recouvert par le plaisir de l’excitation ou la recherche de l’orgasme. Le plaisir provenant d’une satisfaction émotionnelle temporaire engendre une profonde insatisfaction intérieure. Que la femme ait été libertine (ce qui n’était de sa part qu’une recherche désespérée par l’amour), ou qu’elle n’ait eu qu’un seul amant dans sa vie, son vagin répondra dans tous les cas à ce que l’homme a mis en elle.

Le processus de purification du vagin commence avec le contact d’un pénis qui n’a pas succombé à la pulsion égoïste du sexe, mais qui a servi l’amour et qui s’est suffisamment développé en conscience. Le vagin, affranchi de l’émotion, devient accommodant, tendre, prêt à donner, simple, aisé, tranquille et sans demande. Pour la femme, faire l’amour devient alors plus doux et plus épanouissant. Cela se passe sans effort, naturellement et avec beauté, car la beauté est la divine apogée du simple plaisir de faire l’amour. » – Barry Long

https://ayungdari.wordpress.com/2015/05/09/vagin-emotionnel/

Ne tombez pas amoureux. Soyez dans l’Amour

« Ne vous coupez pas de l’amour parce que vous avez été blessée dans le passé. Ne laissez pas la peur vous cuirasser. En chacun de nous, la blessure vient du manque d’amour et des émotions qui l’accompagnent. C’est le passé. Laissez le partir. Ne faîtes l’amour que lorsqu’il y a assez d’amour pour pouvoir être intègre et présent l’un à l’autre.

Ne tomber pas amoureux. Soyez dans l’Amour. Tomber amoureux, c’est fermer les yeux, vous coupez de votre belle conscience et entrer au pays des rêves alors que vous êtes éveillé. Soyez plutôt dans l’amour. Soyez toujours en amour quand vous aimez. Car aimer et maintenir l’amour frais et neuf demande une très grande vigilance, une très grande présence. L’amour ne connaît pas de fin. En faisant l’amour de façon juste, sans complaisance pour vous-même, sans recherche de satisfaction émotionnelle ou de gratification personnelle, vous allez vous approcher de la conscience ou de l’amour lui-même, et de l’union consciente et éternelle des principes masculin et féminin en tant que présence divine » – Barry Long

https://ayungdari.wordpress.com/2015/05/17/ne-tombez-pas-amoureux-soyez-dans-lamour/

https://ayungdari.wordpress.com/2015/06/19/lejaculation-reconsideree-selon-le-tao/