Hémorroïdes

Les hémorroïdes sont une soupape de sécurité pour les hypertendues et
une sonnette d’alarme d’un mauvais fonctionnement du foie

Phytothérapie : les plantes qui soignent les hémorroïdes

Les plantes qui calment

Pour dompter la douleur, l’inflammation et l’œdème : 600 mg de fragon par jour, soit 3 gélules d’extrait sec, pendant 4 ou 5 jours (Elusanes, Arkogélules) ou 150 gouttes d’intrait de marron d’Inde en 3 prises pendant 8 jours.

Hamamelis peut aussi être indiqué s’il existe des saignements, reconnue dans le traitement des symptômes d’irritation et de brûlures en homéopathie ou bain de siège
Un cataplasme de pomme de terre rappée pour diminuer l’enflure et la douleur
Une gousse d’ail  pelée délicatement (sans incision) introduite comme suppo pour la nuit
Aesculus composé en pommade à appliquer localement deux ou trois fois par jour.
L’usage du GINGKO biloba est également reconnu pour soulager les hémorroïdes et varices compte tenu de son action bénéfique sur le système vasculaire.

Pour apaiser les démangeaisons, appliquer un macérât huileux de calendula (Florame, Boiron) en vérifiant au préalable sa compatibilité avec les muqueuses. Alterner avec une compresse (linge rempli de glaçons) sur l’anus et des bains de siège à l’eau fraîche au marron d’Inde (Weleda), qui resserrent les veines dilatées.

Les plantes qui préviennent les crises

Pour limiter le nombre de crises, faites des cures de 2 à 3 semaines de plantes qui stimulent la circulation, seules ou associées, en tisane ou en gélules.

Du fragon (ou petit houx) pour commencer : 1 ou 2 gélules de 200 mg d’extrait sec par jour durant 4 ou 5 jours, puis continuer avec des gélules (ou tisanes) de vigne rouge, hamamélis, cyprès, marronnier (écorce), à la même posologie.

Faites vous-même votre tisane : 3 sachets d’hamamélis, cyprès, marronnier (écorce) infusés dans 500 ml d’eau, complétée avec de l’eau pour obtenir 1,5 litre de boisson. À boire tout au long de la journée.

Homéopathie pour les soulager

Les granules homéopathiques à prendre en cas de crise

Aesculus 5 CH et Arnica 5 CH / Prendre en alternance 5 granules toutes les 3 heures et pendant 3 jours, jusqu’à disparition des symptômes.
Lachesis muto 9CH, si aggravation la nuit , le froid, l’humidité
Kalium Bichromicum 7CH, chez la femme loquace, améliorée par saignement ou froid
Nux vomica 7 CH, 5 granules matin et soir, recommandé si la crise fait suite à une consommation excessive d’alcool ou d’épices ou est liée à une contrariété.
Collinsonia canadensis 5 CH /Prendre 5 granules deux fois par jour. Efficace si la crise survient après une constipation ou pendant la grossesse.
• Niticum acidum 30CH une dose (douleur en écharde, fissure,aggravé par les aliments acides, la contrariété )
Aesculus composé en pommade à appliquer localement deux ou trois fois par jour, associé à 1 suppositoire matin et soir ou formule Weleda C176 (suppo) C178 pommade
Ratanhia 5 CH, 5 granules deux fois par jour, en cas de fortes démangeaisons.

La gemmothérapie contre l’inflammation

La gemmothérapie, cette médecine qui utilise les bourgeons mais également les jeunes pousses des plantes est intéressante pour lutter contre la crise hémorroïdaire.

Prendre du macérât glycériné de marron d’Inde, l’Aesculus hippocastanum Bg Mg, 100 à 200 gouttes pendant 1 à 2 mois. En cas de constipation, ajouter 100 gouttes de macérât de romarin.

L’action de Cure-H

Cure-H agit en employant une base huileuse additionnée de plantes et substances naturelles spécifiques qui pénètrent la peau jusqu’au tissu veineux. La lotion, par ses propriétés astringentes et cicatrisantes, résorbe l’inflammation et confère plus de tonus, d’élasticité et de résilience au tissu veineux. On constatera une nette amélioration dès les premières applications de Cure-H dont le traitement doit être maintenu jusqu’à la disparition des hémorroïdes.

Un site dédié exclusivement aux hémorroïdes dans toutes les situations de vie !

Pénibles et parfois douloureuses, les crises hémorroïdaires sont souvent récidivantes. Nos solutions pour éviter l’apparition d’une nouvelle crise :
Misez sur les fibres, qui ramollissent les selles et augmentent leur volume, facilitant ainsi leur expulsion. A privilégier ? Les fruits frais, les crudités, les légumes cuits et les céréales complètes. En revanche, évitez l’excès de fromages, de pain blanc et de viandes, qui fermentent et ralentissent le transit.
L’eau favorise l’hydratation des selles et donc leur ramollissement. Chaque jour, il est recommandé de boire entre 1,5 et 2 litres : au choix, de l’eau riche en sels minéraux, comme Hépar ou Contrex, des jus de fruits, du thé, de la soupe… En revanche, évitez l’alcool, qui dilate les vaisseaux.Privilégier Cassis, myrtille, raisin.

Sources : topsanté – se soigner au naturel – homéopathie femme enceinte – trèfle de vie

Voir également le site « Stop hémorroides » et le livre complet sur les méthodes naturelles

Homéopathie – Recherche d’un remède

Trouver un remède homéopathique avec le répertoire interactif :
Homéopathie Online
Vous pourrez effectuer ici gratuitement des répertorisations basées sur le Répertoire de Kent.

Médicaments homéopathiques : index

Traitement homéopathique : posologie

Il est clair que ces informations peuvent vous guider dans votre recherche de trouver un remède d’amélioration pour des symptômes précis.
Le diagnostique de la maladie appartient à votre médecin et il est impératif de le consulter en cas de troubles persistants plus de 48H sans amélioration.
Je vous déconseille de poursuivre un remède qui semble n’avoir aucune efficacité, plus de 48H.

Arrêter la prise du remède ( si effet probant après 1 prise) ou diminuer ( si effet notable après 1 ou 2 prises) , dès amélioration. Si besoin, vous pourrez reprendre ce remède ultérieurement si les mêmes symptômes réapparaissent en changeant de dilution ( 7CH au 9CH, 9CH au 12CH …). Lorsque le remède est bien ciblé, il arrive parfois une légère aggravation qui s’estompe dès l’arrêt de la prise.

Indication de dilution pour un seul remède :
– basse dilution (4 – 5 CH) pour 1 symptôme physique important
– moyenne dilution ( 7 – 9 Ch) pour 1 symptôme physique et 1 symptôme général
– haute dilution ( 12 – 15 – 30 CH) pour un assemblage de 3 symptômes dont physique, général, émotionnel ou comportemental

Traitement de la fièvre chez le petit et homéopathie

http://www.homeophyto.com/traitement-de-la-fievre-et-homeopathie-3/
Ce tableau résume et compare les indications des principaux médicaments homéopathiques de la fièvre.

Le médecin complète cette prescription avec, si nécessaire, le ou les médicaments spécifiques de l’affection en cours.

La phytothérapie va également soutenir le traitement, avec par exemple ECHINACEA en teinture-mère pour l’adulte, ou ECHINACEA en dilution homéopathique pour l’enfant.

 

Petits soucis de nouveau né

La mammite

C’est un gonflement des seins qui correspond à un excès transitoire d’hormones. il passe généralement au bout de quelques jours. Il faut absolument s’abstenir de manipuler les seins, au risque de voir la zone se surinfecter.

En cas de gonflement important :

La conjonctivite.

Cela est souvent bénin, la plupart du temps lié à une mauvaise perforation du canal lacrymal. Il faut

  • laver à l’aide de sérum physiologique,
  • masser délicatement la paupière supérieure, de l’extérieur vers l’angle interne de l’œil,
  • et au besoin, compléter avec ARGENTUM NITRICUM 5CH.

Bébé pleure tous les soirs entre 6 heures et 8 heures.

C’est un phénomène que connaissent nombre de parents, et que l’on a du mal à s’expliquer. Il survient souvent aux alentours du crépuscule. À tester : PHOSPHORUS 9CH, trois granules fondus dans un peu d’eau, ou une mesurette de triturations dès que le soleil décline.

Suites d’accouchement traumatique.

À bien y réfléchir, la plupart des accouchements sont traumatisants pour les petits. À tel point qu’ils sont souvent épuisés durant le séjour en maternité, et qu’ils commencent à s’éveiller pour de bon dès le retour à la maison.

  • On peut donner à ces petits une dose d’ARNICA 9CH,
  • pour ceux qui ont subi les forceps, ARNICA 15CH, suivi le lendemain de NATRUM SULFURICUM 15CH. Préférer dans ce cas les doses buvables.
  • En cas de fracture de clavicule, fréquente lors d’accouchements « musclés », SYMPHYTUM 4CH, en granules ou trituration.

Les croûtes de lait.

Ces lésions sont tout à fait bénignes. Elles son liées à un excès de sébum. On peut masser quotidiennement avec de l’huile d’amandes douces. L’homéopathie peut également apporter son concours avec :

Ajouter :

http://www.homeophyto.com/petits-soucis-de-nouveau-ne/

Les maux de la grossesse 1, 2 et 3° trimestre

Ces quelques remèdes homéopathiques en complément de ces petits conseils diététiques seront précieux pour vous accompagner lors de votre premier trimestre de grossesse.

 

Les nausées et vomissements du premier trimestre

Ces symptômes correspondent généralement à des hypoglycémies, c’est-à-dire à des chutes du taux de sucre dans le sang. Les nausées se produisent le plus souvent au réveil, dans le milieu de la matinée ou dans l’après-midi. Elles sont généralement calmées en mangeant.

Il suffit souvent de fractionner les repas, en s’octroyant une légère collation à 10 et à 16 heures, de privilégier les sucres lents dans l’alimentation, et d’éviter les sucres d’absorption rapide, comme les confitures, les confiseries, les sodas.

Ces quelques remèdes homéopathiques seront précieux en complément de ces petits conseils diététiques:

  • Ipeca 5 H : Les nausées sont importantes, ne sont pas soulagées par les vomissements, et s’accompagnent d’éructations. La langue reste propre, la salivation est augmentée. 4 à 5 prises par jour..
  • Ignatia 5 H : les nausées sont aggravées à la vue et à l’odeur des aliments. Elles sont améliorées en mangeant. La future maman est souvent nerveuse et anxieuse. 4 à 5 prises par jour.
  • Sepia 9 H : une prise par jour le soir. Les nausées sont aggravées à la vue des aliments, par les odeurs, et à l’idée de manger. On retrouve fréquemment associés : une constipation, des hémorroïdes et un masque de grossesse.
  • Symphoricarpus 4 H : les nausées sont aggravées au moindre mouvement, et s’accompagnent fréquemment de malaises et vertiges.4 à 5 prises par jour.
  • Cocculus 5 H : les nausées apparaissent à la vue et à l’odeur des aliments, et sont aggravées dans les transports : voiture, train…4 à 5 prises par jour.
  • Nux vomica 5 H : les nausées sont calmées par les vomissements. La langue est blanche. 4 à 5 prises par jour.

Bien entendu, les symptômes doivent rapidement céder ; dans le cas contraire, il faut rapidement consulter le médecin.

Les fringales

D’un point de vue général, on conseille une fois de plus de fractionner les repas. Si cette mesure est insuffisante, les remèdes suivants pourront soutenir les efforts de la maman :

  • Nux vomica 7 H : la langue est blanche. Une prise avant chaque repas.
  • Antimonium crudum 5 H : les envies se portent plus spécifiquement sur les aliments lourds et indigestes. La langue est recouverte d’un enduit blanchâtre. Une prise avant chaque repas.

Le deuxième trimestre est souvent considéré comme la période la plus agréable de la grossesse. Le ventre s’arrondit, bébé commence à prendre de la place. Quelques maux peuvent cependant jalonner cette période. Maux pour lesquels l’homéopathie peut vous soulager

Les jambes lourdes

En cours de grossesse, les jambes deviennent lourdes suite à divers changements physiologiques :

  • L’augmentation du volume sanguin,
  • La diminution de contractilité des veines,
  • La gêne occasionnée par l’utérus à la circulation de retour,
  • Enfin, la baisse d’exercice physique liée à la grossesse.

L’idéal est de continuer à pratiquer la marche à pied, pour que le système veineux reste tonique, à condition qu’il n’y ait pas de contre-indication médicale. Les remèdes homéopathiques

Les hémorroïdes

La constipation

  • Un mélange de Sepia, Alumina et Bryonia en 4 H peut être efficace sur la plupart des formes de constipation de la grossesse. On peut faire fondre quelques granules de chacun des remèdes dans une petite bouteille d’eau, dont on prendra une gorgée de temps en temps dans la journée, en prenant soin de « promener » quelques instants le liquide dans la bouche avant de l’avaler. Ce mélange peut être conservé au réfrigérateur pendant quelques jours.
  • Plus spécifiquement, Collinsonia 4H peut-être donné en première intention chez la femme enceinte, plus particulièrement lorsqu’on retrouve des hémorroïdes et une tendance à la fissure anale, trois prise par jour.

Les crampes

Elles surviennent généralement à partir du 4° mois. Survenant plutôt la nuit, elles touchent le plus souvent les jambes.

  • Cuprum metallicum 5 H : les crampes sont violentes, d’apparition brutale et aggravées la nuit. Deux prises par jour et au moment de la crampe.
  • Magnesia phosphorica 5 H : les crampes sont sensiblement de même type, mais elles sont améliorées par la flexion du membre.
  • Localement Pommade Cuprum metallicum D1, en massage au coucher sur les mollets, en cas de crampes nocturnes.

Les troubles urinaires

Nous ne les traiterons pas dans ce dossier, car ils nécessitent une consultation médicale, mais la maman aura tout intérêt à boire plus que d’ordinaire pour les éviter.

Les vergetures

Les remèdes homéopathiques suivants peuvent être utilisés en compléments, si le type sensible de la maman y correspond. Ils seront pris en 4 H une fois par jour.

Des massages réguliers avec des huiles  (demandez conseil à votre pharmacien) peuvent également servir.

Le spleen du deuxième trimestre

On se sent délaissée, le physique, ce n’est plus ça, on devient émotive, on pleure pour un rien. Les hormones y sont certainement pour quelque chose.

  • Pulsatilla 15 H une dose pourra peut-être vous apporter un peu de détente. Si ce remède n’est pas suffisamment efficace, n’hésitez pas à demander une aide psychologique extérieure.

Le troisième trimestre de la grossesses en est généralement le meilleur moment ; tout va mieux, rien n’est plus important désormais que vous et le petit bonhomme qui prend de plus en plus de place.

Il faut prendre le temps de « couver », de préférence allongée sur le côté gauche pour favoriser la circulation sanguine de retour dans l’abdomen. La crainte de l’accouchement! Nous allons nous en occuper.

Les douleurs pelviennes

  • ARNICA MONTANA 5 H : avec sensations de courbatures, 3 prises par jour.
  • SEPIA 4 H : avec sensation de pesanteur et douleurs irradiant dans les lombes.
  • HELONIAS 4 H: avec irritabilité, atonie de l’utérus et douleurs dorsolombaires.

Troubles digestifs et remontées acides

Les troubles digestifs du troisième trimestre de la grossesse sont d’origine mécanique, l’estomac étant comprimé par l’utérus. Il faut fractionner les repas, manger plus souvent par petites quantités.

http://www.homeophyto.com/grossesse-trimestre-2/

Dossiers santé – Pédiatrie

http://www.homeophyto.com/category/dossiers/enfant/

Chez le tout petit

Maladies infantiles, maladies infectieuses

Les troubles du comportement chez l’enfant

L’adaptation scolaire

La puberté

Divers

Optimiser son allaitement : remèdes homéopathiques

Œ Arnica 15 à 30CH : 1 dose
Médicament essentiel, à prescrire quasi systématiquement à toute femme qui accouche et/ou allaite et à son bébé.
Arnica permet d’optimiser la mise en route de l’allaitement :
            chez la mère :
• meilleure induction de la montée laiteuse, meilleure contraction des acini contenant du lait
• meilleure récupération générale après le traumatisme physique que représente l’accouchement
• récupération psychique
            chez le bébé :
• meilleure récupération et un bébé plus vigoureux après le traumatisme physique que représente la naissance
• meilleure tétée

La montée de lait
Après la dose d’Arnica, on peut optimiser la montée laiteuse avec les médicaments constitutionnels en basse dilution (5CH) qui assureront en plus la bonne composition du lait chez les mamans plus ou moins déminéralisées :
• Calcarea carb
• Calcarea phos
• Calcarea fluor
selon la constitution de la maman et du bébé, 3 granules matin et soir.
Phytolacca : stimule la lactation à partir de 9 CH, en agissant sur la contraction des acini, à donner plusieurs fois par jour et adapter en fonction de l’évolution de la montée laiteuse.
Prolactine 5CH : hormone de la lactation en dilution basse stimulante ; accompagne Phytolacca

Aucun traitement n’est nécessaire si l’allaitement se passe bien, le lait est en quantité suffisante, le bébé satisfait. Une harmonie se crée entre la mère et son bébé, et un allaitement heureux en est la meilleure preuve.

Si toutefois l’allaitement réservait quelques surprises, l’homéopathie permet de régler rapidement le défaut,la mère pouvant elle-même adapter son traitement en
fonction de l’évolution.

l’insuffisance de la lactation :
• Ricinus 4 C H + ++, stimulant de la prolactine, 2 granules 4 à 6 fois par jour, à arrêter ou espacer rapidement selon amélioration pour éviter l’engorgement
Prolactine 5CH (dilution stimulante) à 9CH (dilution plus régulatrice) peut être associée à RICINUS dans les mêmes conditions de prescription
• Phytolacca 9CH : cf. plus haut
• Agnus cactus 9CH : à rajouter si la femme est dépressive
• Natrum mur 9CH : à rajouter si la femme est triste ou nerveuse
• Calcarea phos 9CH ou Silicea 9CH : chez une femme déminéralisée
• China 9CH : pour toute fatigue due à une perte de liquide organique avec association possible de diarrhée, d’anémie, d’hypotension artérielle

Trop de lait :
• Phytolacca 4 CH revient cette fois en basse dilution, freinatrice : 2 granules 4 à 6 fois par jour, à espacer selon l’évolution
• Calcarea carb 9 CH : image de la nourrice qui regorge de lait, avec une grosse poitrine et un lait  aqueux
• Lac caninum 5 CH : les seins sont gonflés et douloureux, la douleur passe d’un sein à l’autre
• Belladonna, Bryonia, Pulsatilla en 5CH pourront être associés dans un but  anti-inflammatoire et antalgique selon le tableau clinique

l’engorgement
Les seins deviennent chauds, très sensibles au toucher, au froid et au mouvement è mise en route systématique des médicaments à action antiinflammatoire et antalgique :
• Apis 9 à 12CH : oedème inflammatoire, douloureux, rosé et chaud, avec une sensation de brûlure ou de piqûres ; > par le froid ; +/- fièvre ; pas de soif
• Belladonna 5 CH : douleur, chaleur, rougeur franches ; fièvre soudaine avec sueurs ; il y a une grande sensibilité générale, une soif de grandes quantités d’eau
• Bryonia 5 CH : les seins sont très lourds, douleur au moindre mouvement ; > seins fortement maintenus par un soutien-gorge serré ; fièvre avec grande soif
• Pulsatilla 9 CH : congestion violacée des seins avec des lacis veineux apparent (= stase veineuse) ; pas de soif
• Lac caninum 4 à 5 CH (contient de la PRL) : la douleur alterne entre le sein droit et le sein gauche ;  ATCD d’un syndrome prémenstruel avec céphalées et mastopathie

la lymphangite
• Rana bufo 5CH :
• médicament spécifique de la lymphangite
• on peut ajouter les précédents selon l’aspect local

l’abcès du sein
La douleur devient battante, le sein très rouge, chaud, avec de la fièvre
Tant que les signes restent strictement locaux, il n’est pas nécessaire de suspendre l’allaitement, et certaines antibiothérapies, si celle-ci s’avérait nécessaire, ne contre-indiquent pas systématiquement l’allaitement.
• Arsenicum album 5CH : douleur > applications chaudes alors qu’il existe une intolérance générale à la chaleur ; préférer 9CH si agitation anxieuse
• Belladonna 5CH : douleur > applications chaudes, le sein est très rouge, chaud, couvert de sueur
• Apis 9 à 12CH : douleur > applications froides
• Pyrogenium 9 CH : 1 dose / jour pendant 4 jours = antibiotique homéopathique
• Hepar sulf : en dilutions croissantes : 9-12-15-30 CH, 1 dose de chaque, 1 dose par jour pendant 4 jours
• Silicea 5CH : si l’abcès a tendance à ne pas sortir, ATCD de suppuration chronique et grande fatigue

fissure du mamelon
• Phytolacca : douleur pendant la tétée avec gerçures ; la dilution est à adapter en fonction de la lactation (action stimulante en haute dilution, action freinatrice en basse dilution)
• Nitri acid 7-9 CH : très douloureux, douleur en écharde, saignant au fond de la fissure avec des bords nets
• Graphites 15 CH : moins douloureux, suintant, avec des croûtes jaunâtres
• Rathania 4CH ou en TM en application locale : douleur + prurit
• Castor equi 4 CH ou pommade : nettoyer le mamelon avant la tétée, mais il n’y a aucune toxicité pour le bébé

douleur au niveau des seins pendant la tétée
• Croton tiglium 5CH +++
• Chamomilla 9CH : sensibilité générale à la douleur
• Borax 5CH : la douleur irradie dans le sein opposé à la tétée ; la femme est hypersensible au bruit et dort mal
• Bryonia 5CH : les seins sont lourds et responsables de douleurs dorsales
• Phytolacca : avec douleurs de tout le dos ; la dilution est à adapter en fonction de la lactation
• Natrum mur 5CH : avec douleur entre les épaules

asthénie pendant l’allaitement
• Natrum mur 9CH : perte de poids malgré un bon appétit, dépressive ; le bébé comme la mère, mange bien et ne prend pas de poids
• Aletrix 9CH : perte de poids sans appétit, sensation de vide dans l’estomac pendant la tétée
• China 9 CH : < par toute perte de liquide organique, surtout si l’allaitement se prolonge, avec hypotension, anémie, diarrhée et épuisement
• Kali phos 9CH ou en échelle : perte de mémoire, besoin de sommeil ou sommeil insuffisant
• Silicea 9 CH : perte de poids sans appétit, frileuse avec sueurs, déminéralisation avec besoin de supplémentation en vitamines et minéraux pendant la grossesse et l’allaitement ; douleur du dos pendant la tétée ; infections, suppurations
• Calcarea phos 9CH : comme Silicea mais avec un bon appétit
• Sepia 9CH : triste, irritable, indifférente à son bébé et à son entourage, n’aime pas la compagnie ; cherche à être toute seule, refuse les visites qui la fatiguent
• Alfalfa 3 DH
• Avena sativa 3 DH
• penser aux céréales germées riches en glycogène.

Dr O. Latanowicz