Toux du nourrisson

La toux du nourrisson se respecte, c’est un réflexe de défense visant à évacuer les glaires. Lire

S’il n’y a pas de signe de gravité,

  • Troubles du comportement, irritabilité, léthargie ou hypotonie.
  • Fièvre mal tolérée, vomissements en dehors des épisodes de toux, baisse d’appétit de plus de 50 %
  • Allongement du temps de recoloration cutanée.
  • Difficultés respiratoires,

Alors cette toux peut tout à fait être abordée par l’homéopathie

Comment administrer l’homéopathie au tout petit ?

  • Je conseille de diluer les granules ou globules dans un petit biberon de 50 ml par exemple, que l’on donnera au bébé en 5 ou 6 fois au cours de la journée. Il faudra conserver le biberon au réfrigérateur entre les prises.
  • Lorsque le remède est sélectionné ou conseillé par le médecin, compter entre 5 et 10 granules par jour ou 1 à 2 comprimés selon les marques.
Certains laboratoires commercialisent les remèdes sous forme de trituration, sorte de poudre que l’on peut glisser directement sous la langue du petit à l’aide d’une petite cuiller mesure. C’est le système le plus couramment utilisé.
  • Il existe aussi des ampoules buvables, certes bien commodes, mais plus onéreuses au long cours. On les préfère pour les traitements de fond, ou lorsqu’une dose est nécessaire en urgence, pour les pathologies aiguës par exemples.

Traiter la toux avec les mélanges homéopathiques tout faits.

Nous avons sélectionné les mélanges vendus en granules en raison de l’absence d’alcool dans leur préparation.

La toux est objectivement liée à un rhume :

  • Il convient bien sûr de traiter le rhume : parmi les mélanges tout faits, on peut retenir

ALLIUM CEPA COMPOSE :

  • ​Allium cepa 3 CH,
  • Belladonna 3 CH,
  • Euphrasia officinalis 3 CH ,
  • Hydrargyri subchloridum mite (calomel)
  • Mercurius dulcis 3 CH,
  • Hydrastis canadensis 3 CH,
  • Kalii dichromas (Kalium bichromicum) 3 CH,
  • Sambucus nigra 3 CH.

Allium Cepa composé est à prendre à raison de trois granules toutes les heures

L’enfant est un peu enroué, la voix peut être rauque :

ARUM TRIPHYLLUM COMPOSE : ce médicament homéopathique est adapté pour les laryngites, pharyngites, maux de gorge et toux sèche. Il se compose de :

  • Arum triphyllum 3 CH,
  • Aconitum napellus 3 CH,
  • Rumex crispus 3 CH,
  • Drosera rotundifolia 3 CH,
  • Spongia tosta 3 CH,
  • Argenti nitras (Argentum nitricum)3 CH ,
  • Grindelia robusta 3 CH

La toux est sèche :

DROSERA COMPOSE : ce médicament homéopathique est adaptée pour les toux sèches voire les toux asthmatiformes. Il se compose de :

  • Drosera rotundifolia 3 CH,
  • Arnica montana 3 CH,
  • Belladonna 3 CH,
  • Artemisia cina 3 CH,
  • Coccus cacti 3 CH,
  • Corallium rubrum 3 CH,
  • Cuprum metallicum 3 CH,
  • Ferrosi phosphas (Ferrum phosphoricum) 3 CH,
  • Uragoga ipecacuanha (Ipeca) 3 CH,
  • Solidago virga aurea 1 CH

La toux est plutôt grasse :

IPECA COMPOSE, ce mélange est adapté pour les toux grasses, il aide à évacuer les glaires. Il est composé de :

  • Ipeca 3 CH,
  • Antimonium tartaricum 3 CH,
  • Drosera rotundifolia 3 CH,
  • Anemone pulsatilla 3 CH,
  • Phellandrium aquaticum 3 CH,
  • Ferrum phosphoricum 3 CH,
  • Antimonium sulfuratum aureum 3 CH,
  • Bryonia 3 CH
Auteur : Véronique Baumann – Médecin homéopathe – 24/11/2008
Modifié le 03/08/2016 par Séverine Dewally

Mycoses

Lorsque vous êtes infesté de Candida albicans, on dit que vous souffrez de « mycose » ou plus précisément de « candidose », la mycose la plus courante.

La candidose est surtout connue du grand public sous la forme de « muguet », ces tâches blanches dans la bouche et sur les lèvres, qui démangent atrocement. Le muguet touche en priorité les nourrissons et les personnes dont le système immunitaire est affaibli (personnes suivant un traitement aux antibiotiques, une chimiothérapie, ou ayant le sida). Le diagnostic est alors évident, la plupart des médecins ne s’y trompent pas.

Mais en réalité, nos sociétés industrielles sont infectées de Candida albicans bien au-delà des personnes qui souffrent de muguet : 90 % des Américains ont un taux plus élevé que la normale de Candida albicans dans l’intestin ; 80 millions de personnes sont infectées, et 70 % sont des femmes. (1)

 

 

Les irritations dues au Candida albicans se produisent dans toutes les régions humides du corps, et en particulier dans et sur les parties génitales.

Particulièrement répandues sont, chez les femmes, les mycoses vaginales : il se produit un écoulement vaginal épais, blanc jaunâtre, qui a l’aspect du lait caillé et qui adhère aux parois du vagin et au col de l’utérus. Vous ressentirez probablement des démangeaisons et des sensations de brûlure.

Vous ne pouvez pas rester comme ça. ! Une infection à prendre au sérieux

 

Dans la plupart des cas, donc, l’infection au Candida albicans ne vous empêche pas de travailler ou de vaquer à vos occupations.

Mais le problème est que ce champignon produit pas moins de 79 immunodépresseurs. (2) Ce sont des substances qui neutralisent vos défenses naturelles, ouvrant grand la porte à des maladies plus graves. Plus vous avez de Candida albicans dans le corps, plus vous devenez vulnérable aux infections.

 

 

Vous le savez maintenant, Candida albicans est un champignon microscopique, autrement dit une levure. Il vit dans votre intestin, et c’est normal.

Les lecteurs de SNI savent que chacun d’entre nous vit avec des centaines d’espèces de microbes dans son intestin. Ces espèces sont si variées qu’on parle de « flore intestinale » ou de « microbiote », comme on dirait « flore aquatique » ou « flore alpine » pour les plantes vivant dans l’eau ou dans les Alpes.

Lorsque votre microflore est équilibrée, loin de vivre à vos crochets comme des puces sur un chien, ces microbes vous sont très bénéfiques : ils vous protègent des infections, entretiennent en bon état la paroi intestinale, complètent la digestion des aliments pour en extraire le meilleur, et participent même à entretenir vos défenses naturelles : 50 à 70 % de vos cellules immunitaires sont dans votre intestin.

Malheureusement, les aléas de la vie peuvent parfois perturber cette admirable paix sociale. A la faveur de différents facteurs, une population prend le dessus sur l’autre. L’équilibre est rompu et des troubles éclatent.

Les mycoses apparaissent quand les levures, dont Candida albicans est l’espèce dominante, se développent abusivement dans l’intestin.

Normalement, par un de ces miracles dont la nature a le secret, levures et bactéries de la flore intestinale s’auto-régulent : elles se tiennent mutuellement en respect, parce que chacune contrôle la nourriture de l’autre : les bactéries produisent les acides organiques qui nourrissent les levures. Les levures, elles, produisent les acides aminés et les peptides que mangent les bactéries.

Mais si vous détruisez les bactéries à coup d’antibiotiques et que vous gavez vos levures du sucre dont elles raffolent, les levures se multiplient et en profitent pour aller coloniser d’autres parties du corps.

Des traitements simples des candidoses externes

Pour commencer, en cas de mycose externe (orteils) ou de la bouche, on peut traiter avec une solution d’eau oxygénée et de bicarbonate de soude dans de l’eau.

Mélanger dans un verre d’eau tiède (environ 300 ml) une cuillère à café d’eau oxygénée officinale à 10 % et une cuillère à café de bicarbonate de soude. Faites tourner cette mixture dans votre bouche pendant une minute, gargarisez, crachez et rincez-vous la bouche avec de l’eau. Au cours de ce processus, l’eau oxygénée joue son rôle de désinfectant mais est rapidement décomposée en oxygène et en eau par les enzymes de la salive (une catalase). Cette désinfection doit être répétée pendant plusieurs jours jusqu’à la disparition de la mycose.

Ensuite, faite la même opération avec un extrait de pépin de pamplemousse (CitroBiotic) qui va parfaire l’action. L’extrait de pépin de pamplemousse va séjourner dans les espaces inter-dentaires et va entretenir l’effet désinfectant du bain de bouche. Toutefois, comme la bouche risque de se réensemencer avec des bactéries et des champignons de l’environnement et des aliments, il est recommandé de poursuivre le traitement à l’extrait de pépin de pamplemousse, le soir au coucher, pendant plusieurs jours et même de l’entretenir longtemps pour éviter une récidive.

En cas d’infection vaginale, utilisez de la pommade à l’oxyde de zinc (inflammation des lèvres), par exemple Sénophile (pour la partie externe). En cas de mycose vaginale profonde, commencer par faire un rinçage, chaque soir, avec une solution d’extrait de pépin de pamplemousse pendant une semaine, puis introduire des ovules de Lactobacillus rhamnosus pour réensemencer le vagin avec une flore de protection.

Pour les pieds, badigeonnez vos orteils avec une solution concentrée d’eau oxygénée et de bicarbonate de soude, puis appliquez de la teinture d’iode diluée dans l’eau avec un coton sur tout le pied, et enfin mettre du Sénophile. Comme les champignons sont aussi dans les chaussettes et dans les souliers, verser du talc boriqué dans ceux-ci.

Ongles : appliquez de la teinture d’iode concentrée sous l’ongle, jusqu’à ce que l’infection disparaisse (la teinture d’iode a un effet très antiseptique qui se prolonge dans le temps). Si vous êtes très infecté, vous allez peiner à faire pénétrer la teinture d’iode en profondeur sous les ongles. Il est donc nécessaire de nettoyer très soigneusement les ongles avant le traitement.

Traitement de fond

Il ne suffit pas de se limiter à traiter les mycoses externes. Il faut aussi empêcher que la flore fongique (levures) devienne majoritaire dans l’intestin et les voies uro-génitales.

A noter que certains médecins prétendront détecter la présence excessive de Candida dans vos intestins en faisant une analyse d’excréments (coproculture). Cela paraît frappé au coin du bon sens, mais cela ne fonctionne pas. Il existe des mycoses cachées qui se développent au début de l’intestin grêle et qui ne sont plus détectables par une coproculture, parce que le pH de l’intestin (mesure d’acidité) est favorable aux levures au début, près de l’estomac, mais devient de plus en plus basique, ce qui fait disparaître les traces de Candida à l’expulsion des excréments, même si la candidose est très importante dans les voies intestinales supérieures.

Seule une analyse très spécialisée du sang ou d’urine permet de dépister la présence de métabolites d’origine fongique et de suspecter une infection cachée.

Trois mesures simultanées sont à prendre en considération pour rétablir un bon équilibre de votre microflore :

La première consiste à adopter un régime alimentaire exempt de sucre simples (saccharose, glucose, maltose, lactose) et de levure (pain, bière,etc.), mais riche en ail, oignons, échalotes et en crucifères (tous types de choux) et en huile d’olive. Consommer de la poudre de noix de coco riche en acide caprylique et boire des infusions de romarin, fenouil et gentiane. Proscrire les fromages moisis (à croute fleurie et les bleus).

La seconde mesure consiste à ensemencer le tube digestif avec une flore probiotique inhibitrice de la flore fongique. Certaines souches des genres Lactobacillus et Propionibacterium ont été sélectionnées sur ce critère d’inhibition de la flore fongique. Notons que pour être efficace il faut que ce probiotique en poudre soit dilué dans un verre d’eau tiède (30 à 35°C) et consommé le matin à jeun, au moins 1/4 d’heure avant de manger de la nourriture solide, afin que le probiotique puisse traverser rapidement votre estomac et aller directement dans l’intestin ; c’est-à-dire à un moment où votre pylore est encore ouvert (le pylore est la porte qui ferme l’estomac par le bas, pour que la nourriture solide y reste jusqu’à ce qu’elle soit complètement digérée). Le problème est que les probiotiques risqueraient d’être détruits dans l’estomac s’ils y séjournaient avec les aliments pendant la digestion, car ils ne pourraient pas supporter la très forte acidité du suc gastrique). Le temps nécessaire à la régénération d’une microflore fortement contaminée par Candida albicans est de l’ordre de 2 à 6 mois selon l’ancienneté de la mycose.

La troisième mesure est de consommer avant les repas de midi et du soir (et jamais en mélange avec les probiotiques), des extraits végétaux et des huiles essentielles ayant un caractère inhibiteur de la flore fongique. On peut citer les extraits de propolis, d’ail, de sarriette des montagnes, de pin sylvestre, de feuille d’olivier, de cannelle, de clou de girofle, d’arbre à thé, de thym, de pépin de pamplemousse, etc.) Ces derniers doivent être utilisés avec précaution car il s’agit de produits actifs pouvant provoquer à la longue l’irritation des muqueuses.( attention le clou de girofle est contre indiqué pendant la grossesse sauf 3° trimestre )

Il est toujours recommandé de faire appel à des conseillers et thérapeutes expérimentés avant d’entreprendre ce troisième mode de traitement.

 

Jean-Marc Dupuis
Article complet ou pour en savoir plus :

Reflux gastro oesophagien

Le reflux gastro-oesophagien correspond au passage d’une partie du contenu gastrique dans l’œsophage.

  • Les symptômes typiques sont le pyrosis, défini par une brûlure ascendante ressentie derrière le sternum, et des régurgitations acides ou pyrosis.
  • On peut également retrouver des symptômes atypiques tels des symptômes dyspeptiques (douleurs d’estomac, nausées, éructations) ou des manifestations extra digestives (laryngite, toux chronique, asthme, douleurs thoraciques).

Reflux gastro-oesophagien, les possibilités en homéopathie

En agissant sur le transit

  • Le principal médicament utilisé en homéopathie est NUX VOMICA: il sera fidèle dans la plupart des cas.
  • Pour initier le traitement, en 4 à 5 H, une prise avant le repas et 10 minutes après. Il agit sur le transit, la motilité oesophagienne et gastrique.

En agissant sur le pyrosis (remontées acides) et la brûlure oesophagienne

C’est le signe principal du reflux ; il entraîne des douleurs brûlantes de l’œsophage, des régurgitations, aggravées en position allongée.

À sélectionner selon les signes associés (voire les fiches médicament) et donner en basse dilution, avant chaque repas.

En agissant sur le terrain et/ou le type sensible avec par exemple

À sélectionner selon les signes associés (voire les fiches médicament) et donner en moyenne à haute dilution une prise quotidienne ou hebdomadaire.

Cas particuliers

Chez le nourrisson

C’est un symptôme très courant chez le nourrisson qui s’améliore généralement spontanément dès lors que la marche est acquise. La meilleure recette, prendre son mal en patience. Il arrive cependant que le reflux soit à l’origine de pathologies ORL à répétition, rhumes, toux, dans ce cas :

Chez la femme enceinte

Ces troubles sont d’origine mécanique, l’estomac étant comprimé par l’utérus. Il faut fractionner les repas, manger plus souvent par petites quantités.

Auteur : Véronique Baumann – Médecin homéopathe – 21/02/2007

Vaccins

Votre enfant va bientôt recevoir son premier vaccin ?
Vous souhaitez vous informer sur les différents vaccins existants ?
Quand vacciner et quel vaccin faire ou éviter ?
Qui aime bien vaccine peu est un ouvrage simple et réalisés par 5 médecins
Avant toute vaccination : 
3 à 5 granules de Thuja 200k à prendre 1 jour avant la vaccination.
Après la vaccination ( noter le nom du vaccin qui va être fait) :
> 1 dose ‘nom du vaccin’ en 30k à prendre le jour 1 (1 jour après le vaccin).
> 1 dose ‘nom du vaccin’ en 200k à prendre le jour 7.
> 1 dose ‘nom du vaccin’ en mk à prendre le jour 14.
> 1 dose ‘nom du vaccin’ en xmk à prendre le jour 21

Certains préconisent également un petit cataplasme d’argile verte sur le point d’injection.

Données tirées des cours de l’école d’homéopathie genevoise – 2016

Pierres et Femme enceinte

Vous croyez beaucoup aux pouvoirs des pierres précieuses et vous êtes enceinte. Ou vous désirez offrir une pierre précieuse à une femme enceinte.

Quelles pierres peuvent vous aider et dans quels domaines ? :

Aigue-Marine : contre la rétention d’eau
Ambre : douleurs articulaires, douleurs du dos et des jambes, la sciatique.
Azurite : calme les douleurs articulaires, particulièrement celles des hanches.

Calcédoine : fortifie les glandes mammaires et favorise l’allaitement.
Citrine : favorise l’absorption des aliments
Cornaline : harmonise le bas-ventre

Héliotrope : stoppe les hémorragies
Hématite : contre les saignements, les crampes des mollets, l’anémie, l’insomnie, la fatigue, les jambes lourdes.

Jade : bénéfique pendant l’accouchement. Renforce les reins et la vessie, soulage les douleurs articulaires. Protège contre les hémorragies. C’est la pierre à porter pendant l’accouchement.

Jaspe : contre les vomissements de la grossesse, les problèmes du foie, de l’estomac, les infections urinaires. Bon pour l’utérus et les ovaires. Aide les fonctions hormonales.

Labradorite : protège l’aura
Lapis Lazuli : vitalise les cheveux, calme l’hypertension

Malachite : favorise la fertilité
Magnétite : contre le lumbago

Oeil-de-tigre : contre les contractions, écarte le mauvais oeil
Onyx : bénéfique pour un mariage heureux

Pierre-de-lune : donne de l’espoir, équilibre les énergies féminines, si vous avez de la peine à concevoir.

Quartz rose : stimule le système immunitaire, calme la nervosité.

Rubis : prévient une fausse-couche

Saphir : augmente le taux de magnésium et de calcium
Sodalite : calme et apaise

Topaze : contre les varices et les hémorroïdes, stimule l’appétit et la circulation sanguine.
Tourmaline : empêche de trébucher, de tomber, les vertiges. Contre les peurs et les angoisses.

Voir également pour les peurs et baby-blues :
https://www.facebook.com/permalink.php?id=399117746848546&story_fbid=429672713793049

Homéo Femme Enceinte

Trousse homéopathique de la femme enceinte

grossesse homéopathie

Pendant la grossesse, les changements que subit le corps génèrent divers trou­bles pour lesquels les médicaments habituels sont souvent con­tre-indiqués. L’homéopathie peut aider à surmonter l’ensemble des maux qui jalonnent les 9 mois de la grossesse (problèmes digestifs, circulatoires, psychiques…) et vous accompagner après la naissance de votre enfant. Il est conseillé de consulter un médecin homéopathe dès le début de la grossesse ; il aura une approche plus globale de votre situation.

Les maux du premier trimestre de la grossesse

Nausées et vomissements

Les nausées de la grossesse apparaissent lors du 1er trimestre elles peuvent être accompagnées de vomissements. On estime que 5 à 20% des femmes enceintes en souffrent, surtout le matin. Ces nausées sont en général liées à une hypersensibilité aux odeurs due aux modifications hormonales. Pour limiter ces nausées, il suffit bien souvent de fractionner les repas, en s’octroyant une légère collation à 10 heures et à 16 heures, de privilégier les sucres lents dans l’alimentation, et d’éviter les sucres d’absorption rapide, comme les confitures, les confiseries, les sodas. si cela ne suffit pas

  • Ipeca 5 H : Les nausées sont importantes, elles ne sont pas soulagées par les vomissements, et s’accompagnent d’éructations. La langue reste propre, la salivation est augmentée. 4 à 5 prises par jour.
  • Nux vomica 5 H : les nausées sont calmées par les vomissements. La langue est blanche. 4 à 5 prises par jour.
  • Ignatia 5 H : les nausées sont aggravées à la vue et à l’odeur des aliments. Elles sont améliorées en mangeant. La future maman est souvent nerveuse et anxieuse. 4 à 5 prises par jour.
  • Sepia 9 H : les nausées sont aggravées à la vue des aliments, par les odeurs, et à l’idée de manger. On retrouve fréquemment associés : une constipation, des hémorroïdes et un masque de grossesse. une prise par jour le soir.
  • Symphoricarpus 4 H : les nausées sont aggravées au moindre mouvement, et s’accompagnent fréquemment de malaises et vertiges. 4 à 5 prises par jour.
  • Cocculus 5 H : les nausées apparaissent à la vue et à l’odeur des aliments, et sont aggravées dans les transports : voiture, train…4 à 5 prises par jour.

Bien entendu, les symptômes doivent rapidement céder ; dans le cas contraire, il faut rapidement consulter le médecin.

Les fringales

On conseille une fois de plus de fractionner les repas. Si cette mesure est insuffisante, les remèdes suivants pourront soutenir les efforts de la maman :

  • Nux vomica 7 H : la langue est blanche. Une prise avant chaque repas.
  • Antimonium crudum 5 H : les envies se portent plus spécifiquement sur les aliments lourds et indigestes. La langue est recouverte d’un enduit blanchâtre. Une prise avant chaque repas.

Le deuxième trimestre

Les jambes lourdes

Plus simplement, la formule suivante pourra être prise tout le long de la grossesse:

Les hémorroïdes

La constipation

  • Un mélange de Sepia, Alumina et Bryonia en 4 H peut être efficace sur la plupart des formes de constipation de la grossesse.
  • Plus spécifiquement, Collinsonia 4H peut-être donné en première intention chez la femme enceinte, plus particulièrement lorsqu’on retrouve des hémmoroïdes et une tendance à la fissure anale, trois prise par jour.

Les crampes

Elles surviennent généralement à partir du 4° mois, plutôt la nuit, elles touchent le plus souvent les jambes.

  • Cuprum metallicum 5 H : les crampes sont violentes, d’apparition brutale et aggravées la nuit. Deux prises par jour et au moment de la crampe.
  • Magnesia phosphorica 5 H : les crampes sont sensiblement de même type, mais elles sont améliorées par la flexion du membre.

Le spleen du deuxième trimestre

  • Pulstilla 15 H une dose pourra peut-être vous apporter un peu de détente. Si ce remède n’est pas suffisamment efficace, n’hésitez pas à demander une aide psychologique extérieure.

Le troisième trimestre

Les douleurs pelviennes.

  • ARNICA MONTANA 5 H : avec sensations de courbatures, 3 prises par jour.
  • SEPIA 4 H : avec sensation de pesanteur et douleurs irradiant dans les lombes.
  • HELONIAS 4 H: avec irritabilité, atonie de l’utérus et douleurs dorsolombaires.

Les troubles digestifs et remontées acides.

  • Ces troubles sont d’origine mécanique, l’estomac étant comprimé par l’utérus. Il faut fractionner les repas, manger plus souvent par petites quantités.
  • NUX VOMICA 5 H, IRIS VERSICOLOR 5 H trois granules de chaque avant les prises alimentaires.

L’accouchement et les suites de couches

La préparation à l’accouchement

Les suites de couches

  • Si tout va bien, la maman pourra cependant continuer de prendre ARNICA MONTANA 5 H trois fois par jour pour récupérer, et CHINA 9 H une fois par jour pour prévenir la fatigue et limiter les saignements.
  • En cas de césarienne, on peut ajouter STAPHYSAGRIA 7 H une fois par jour pour favoriser la cicatrisation.
  • En cas de grande fatigue, KALIUM PHOSPHORICUM 15 H, une dose.
  • En cas d’épuisement avec tendance aux sueurs nocturnes : TUBERCULINUM 15 H, une dose.

Le retour à la maison

Le baby blues.

La fatigue est intense, on a peur de ne pas savoir comment faire, les visites se multiplient et vous agacent, vous avez désespérément envie d’être seule et tranquille avec votre petit : c’est le baby blues. Il faut ménager votre espace et votre environnement, vous vivez un moment exceptionnel profitez en. Rien n’est plus important que cette relation magique entre votre petit et vous.

Prendre soin de son périnée

La tonicité du périnée ne se récupère pas du jour au lendemain, et certaines d’entre nous restent définitivement « relâchées » suite à l’accouchement. Des séances de kinésithérapie sont prévues pour cela, mais parfois, cela ne suffit pas. Au moindre doute : SEPIA 4 H, CAUSTICUM 4 H, CALCAREA FLUORICA 4 H, deux granules de chaque pris ensemble, trois fois par jour.

Auteur : Véronique Baumann – Médecin homéopathe – 10/01/2009
Modifié le 04/03/2016
par Véronique Baumann

Maladies infantiles et homéo

Non, les maladies infantiles n’ont pas disparu. Pour des raisons différentes, rougeole, rubéole, scarlatine… sont toujours d’actualité, et en tant que traitement principal pour les affections virales ou soin de support pour les affections bactériennes, l’homéopathie est toujours bienvenue.

La varicelle ►
Comment aborder la varicelle avec l’homéopathie, de l’état général (invasion, convalescence) aux lésions dermatologiques (éruption, croûtes) …

La rougeole ►
La rougeole est une maladie virale très contagieuse, Pulsatilla en est le médicament symptomatique. L’homéopathie accompagnera la fièvre, la conjonctivite…

Les oreillons ►
Si la maladie se développe malgré la vaccination, la prescription d’homéopathie est possible ; là encore Pulsatilla prend toute sa place dans la prise en charge de la parotide associée…

La scarlatine ►
Conjointement au traitement antibiotique de la scarlatine, la prescription des médicaments homéopathiques améliore la tolérance au traitement et diminue les complications…

La coqueluche ►
La coqueluche est très fréquente chez l’adulte, il faut systématiquement y penser devant une toux persistante et grave chez le tout petit en raison des complications pulmonaires…

La rubéole ►
En cas de rubéole, les médicaments homéopathiques les plus indiqués sont Ferrum phosphoricum, Pulsatilla et Belladonna.

Séverine Dewally                       Véronique Baumann
 Pharmacien                                          Médecin

 

Coliques et troubles digestifs du nourrisson

Homéopathie et difficultés digestives du nourrrisson

 09-02-2016
Homéopathie et difficultés digestives du nourrrisson

Dificultés digestives chez le nourrisson, coliques, constipation, hoquet, régurgitations, difficultés pour l’allaitement, ce que l’homéopathie peut apporter

Dans tous les cas suivants, l’enfant devra être vu par son médecin ou une sage-femme en attendant.

Le manque d’appétit

L’enfant est trop fatigué pour téter

  • Si l’accouchement a été traumatisant, voire brutal, par forceps, par exemple, donner une dose d’ARNICAMONTANA 9CH, puis quelques jours plus tard, une dose de NATRUM SULFURICUM 9CH.
  • S’il est somnolent, et de surcroît constipé, une dose d’OPIUM 9CH.

La courbe de poids n’est pas satisfaisante

  • Si l’examen du médecin est normal, on pourra lui donner SILICEA 4CH en trituration, une mesure avant chaque tétée.
  • S’il s’agit d’un prématuré, on pourra soutenir avec SILICEA 15CH, une dose tous les 15 jours.

Les coliques des premiers mois

Il s’agit de manifestations de douleurs ou de gêne au cours d’un repas, ou dans les suites. L’enfant pleure et se tortille. Le stress engendré par ce tableau ne fait souvent qu’empirer les choses. Il existe maintes théories à ce sujet, psy, diététiques, comportementales… Quoi qu’il en soit, généralement, les choses se « tassent » spontanément après le troisième mois, lorsque le tube digestif est mature.

Petits trucs de mamans : balader le petit en lui massant doucement le ventre, désserrer au maximum la couche, au risque d’avoir quelques fuites. Éviter formellement les farines qui peuvent provoquer des fermentations aggravant le tableau. Les remèdes les plus fréquemment utilisées :

  • NUX VOMICA 4CH, dans tous les cas, en première intention, une mesure avant chaque tétée.
  • COLOCYNTHIS 4CH, si l’enfant replie ses jambes, et si les crises s’accompagnent de selles molles. Même posologie.
  • LYCOPODIUM 4CH, si les gaz sont nombreux. Même posologie.

Diarrhée

Attention, chez le tout petit, le risque de déshydratation est important. Devant toute diarrhée persistante, il faut impérativement consulter. Un petit qui perd plus de 10 % de son poids est en grave danger.

Chez l’enfant allaité au sein, les selles sont généralement très molles et jaunes, et peuvent se produire à chaque tétée. Chez l’enfant recevant un lait artificiel, les selles sont plus rares et plus moulées. En complément des mesures diététiques prescrites par le médecin, on pourra compléter avec l’un ou l’autre des remèdes suivant : Préparer un petit biberon d’eau minérale dans lequel on fera dissoudre une dizaine de granules ou trois mesures de trituration du remède choisi. Donner ce biberon en 5 ou 6 fois dans la journée avant les tétées.

  • MAGNESIA CARBONICA 5CH, selles verdâtres avec de nombreux gaz et crises douloureuses. Ce remèdecorrespond souvent à une intolérance au lait.
  • PODOPHYLLUM 4CH, diarrhée en jet, souvent le matin.
  • CHINA 5CH, chez un nourrisson très ballonné, avec de nombreux gaz.
  • NATRUM CARBONICUM 5CH, le lait provoque des ballonnements, les selles sont grumeleuses et orangées. Il existe, bien entendu, de nombreux autres remèdes de diarrhées disponibles en homéopathie.

La constipation

Il faut redéfinir la constipation ; il n’est pas rare qu’un tout petit n’aie qu’une selle tous les trois voire quatre jours, sans que l’on puisse pour autant parler de constipation. L’enfant se porte généralement comme un charme et seuls les parents angoissent à ce sujet. Il faut formellement éviter d’introduire quoique ce soitdans l’anus du malheureux pour stimuler la venue des selles. Cela ne peut que perturber voire au pire blesser l’enfant. Il faut s’assurer que les biberons sont bien préparés si l’enfant est nourri artificiellement, et proscrire les farines. On pourra remplacer l’eau minérale d’un biberon sur deux par de l’eau d’HÉPAR. Si cela ne suffit pas, et si la constipation est réelle avec gêne pour l’enfant : Préparer un petit biberon d’eau minérale dans lequel on fera dissoudre une dizaine de granules ou trois mesures de trituration du remèdechoisi. Donner ce biberon en 5 ou 6 fois dans la journée avant les tétées.

Le hoquet

Les régurgitations

La meilleure recette, prendre son mal en patience ; cela passe généralement spontanément à l’âge de la marche. Il arrive cependant que le reflux soit à l’origine de pathologies ORL à répétition, rhumes toux…Dans ce cas, AETHUSA CYNAPIUM 5CH et NUX VOMICA 5CH, 10 granules de chaque à répartir dans la journée.

Voir également l’article suivant

Thérapie par les pierres

Lithotérapie

Acceptation de la vérité : cristal de roche, lapis-lazuli, sodalite, fluorite

Accès de faiblesse : émeraude, jaspe pourpre, hématite, citrine, turquoise

Acné juvénile : ambre, aventurine, jaspe

Affections rénales : hématite, turquoise, pierre de soleil,jaspe paysage, jaspe léopard, lapis lazuli

Affirmation de soi : onyx, jaspe pourpre, chrysoprase, topaze

Agressivité : quartz rose, calcédoine bleue, cristal de roche, sodalite

Aisance : calcédoine bleu, dumortiérite, opale

Alcoolisme : onyx, améthyste

Allergie : topaze, améthyste

Amour : quartz rose, améthyste, cristal de roche, rhodochrosite, tourmaline, saphir

Amour compassion : jaspe paysage, magnésite, malachite, quartz rose, rodhodocrosite, améthyste

Ancrage : quartz fumé, tourmaline noire, jais

Anorexie : silex

Anxiété : améthyste, obsidienne acajou, aventurine verte, cristal de roche, sodalite

Apaisement : amazonite, aragonite, calcedoine bleu, jaspe brun-jaune, néphrite, jaspe serpentine, améthyste, aventurine verte

Apathie : œil de fer

Argent : agate

Arthrite : chrysoprase, lapis lazuli, turquoise, dumortiérite +malachatite

Arthrose : malachite

Articulation : azurite-malachite, malachite

Arythmie cardiaque : rhodonite, émeraude, cristal de roche, quartz rose

Asthme : tourmaline verte, malachite, cristal de roche, citrine, œil de tigre, pierre de lune, pierre du soleil, aigue marine

Audition : onyx, calcédoine bleue, sardonyx

Aura : shungite, chiastolite, dandurite

Autonomie, indépendance, intégrité : onyx, rhodonite, unakite, topaze
Ballonnement : citrine, jaspe léopard

Bégaiement : turquoise, calcédoine bleu

Blocages énergiques : cristal de roche, citrine, œil de tigre, pierre de lune, jaspe pourpre, malachite, obsidienne

Bonheur en amour : quartz rose, améthyste, cristal de roche, tourmaline, saphir

Bronche : aigue marine, turquoise, œil de tigre, ambre

Brûlure : pierre de lune

Brûlures gastriques : rhodonite, citrine, turquoise, pierre du soleil

Boulimie : euclase

Calcification : apatite, fluorite, aragonite, corail

Calcul : jade néphrite, opale de feu

Calmant : grosse sodalite, agate mousse, aventurine, cyanite

Cancer : zircon, améthyste claire, opale de feu

Capacité d’action : jaspe pourpre

Carence en cuivre : turquoise, malachite

Carence en fer : magnétite octaèdre, hématite

Carence en magnésium : serpentine, magnésite

Cellule (régénération) : agate de feu, saphir, tourmaline melon d’eau

Centrage : chiastolite, cristal biterminé, moqui

Chagrin amoureux : kunzite, quartz rose, rhodonite

Chakra 1er : grenat, tourmaline noire, rubis, shungite, jaspe rouge

Chakra 2e : cornaline, calcite orange, ambre, topaze impériale

Chakra 3e : citrine, calcite jaune, topaze impériale jaune,

Chakra 4e : agate verte, malachite, quartz rose, rhodochrosite,

Chakra 5e : calcédoine bleue, quartz bleu, turquoise, fluorite, calcite bleue

Chakra 6e : azurite, sodalite, lapis lazuli, saphir, apatite bleue

Chakra 7e : cristal de roche, améthyste, diamant, ulexite

Channeling : azurite, moldavite, diamant

Cheveux : onyx, lapis-lazuli, saphir

Choc : moqui, shungite

Cholestérol : turquoise

Cicatrices : obsidienne, jaspe léopard, rhodonite, saphir

Cicatrisant : cristal de roche, topaze impériale

Cœur : émeraude, agate verte, rhodochrosite

Coliques : magnésite, malachite, améthyste, saphir

Colite : cristal de roche

Communication de l’audelà : jais

Communication, expression orale : calcédoine bleue, turquoise

Compassion : moldavite, cavensite

Complication de l’accouchement : jaspe bréchiforme, chrysoprase, agate, hématite

Concentration : améthyste, fluorite, tourmaline, malachite, jaspe, sodalite, obsidienne, dumortiérite

Confiance en soi : chrysoprase, hiddenite

Confusion mentale : fluorite

Congestion cérébrale : lapis-lazuli, fluorite

Congestions : cristal de roche

Connaissance : cristal de roche, fluorite, améthyste

Constipation : citrine, grenat grossulaire

Coordination des deux hémisphères cérébraux : fluorite, malachite

Cordes vocales ( problèmes) : calcédoine bleu, amazonite, lapis-lazuli, sodalite, aigue marine

Coup de soleil : dumortiérite, pierre de lune

Couple (vie de) : améthyste, quartz rose, rhodonite, saphir

Courage : diamant, agate, cornaline, dumortiérite, œil de tigre, cristal de roche

Crampes : hématite, lapis-lazuli, magnésite, turquoise, amazonite, serpentine

Créativité : cornaline,quartz rose, œil de tigre, pierre de lune, rhodochrosite, turquoise, azurite

Cystite : jade néphrite, pyrite de fer
Décontraction : améthyste, amazonite, calcédoine bleu, dumortiérite, aventurine verte, magnésite, serpentine

Découragement : cornaline

Défenses immunitaires : tourmaline melon d’eau, shungite

Dents : fluorite, amazonite, apatite, ambre, corail, perle, aigue marine

Dépendance à la nicotine et autres : onyx

Dépression : lapis-lazuli, améthyste, citrine, calcédoine bleu, cristal de roche, malachite, quartz lithium

Désintéressement, don de soi, humilité : améthyste, jaspe, jaspe paysage, jaspe léopard, jaspe pourpre

Détente, gestion du stress : améthyste, amazonite, dumortiérite, néphrite, serpentine, sodalite, quartz rose

Deuil : jais, ony

Développement de soi : cristal de roche, jaspe bréchiforme

Diabète (léger) : citrine

Diarrhée : serpentine, émeraude

Discipline : onyx

Douleur musculaire : fluorite, tourmaline verte, serpentine, dumortiérite

Douleurs chroniques : amazonite

Douleurs gastriques : serpentine, unakite, turquoise, pierre du soleil

Douleurs menstruelles : malachite, cornaline, serpentine, hématite, pierre de lune

Drogues : onyx

Dynamisme : jaspe pourpre, jaspe brun-jaune, hématite, unakite, cornaline, tourmaline rose, topaze impériale, grenat
Eczéma : aventurine, mokaite, lapis-lazuli, agate naturelle

Émotions (problèmes) : malachite, rhodonite, œil de tigre

Endurance : agate, jaspe paysage, jaspe léopard, onyx, jaspe pourpre, cristal de roche, turquoise, opale

Énergie : cristal de roche, turquoise, lapis-lazuli

Enfants (calme) : quartz rose

Enrouement : calcédoine bleu, lapis-lazuli, sodalite

Énurésie (pipi au lit) : dandurite

Épilepsie : chrysoprase, émeraude

Équilibre : agate, aragonite, calcédoine bleu, jaspe brun-jaune, néphrite, serpentine

Estime de soi, acceptation de soi : magnésite, malachite, quartz rose, cristal de roche, onyx, jaspe

Expériences spirituelles : améthyste, cristal de roche, fluorite, lapis-lazuli, azurite

Fécondité : pierre de lune

Fidélité à soi même : agate, sodalite, unakite , topaze

Fièvre : calcédoine bleu, cornaline, lapis-lazuli, dumortiérite

Flexibilité : topaze, œil de tigre, jaspe brun-jaune

Foie : émeraude, jaspe léopard, charoite, hypersthène

Force : hématite, jaspe paysage, cristal de roche, opale

Fracture : bois fossile, cristal de roche

Glandes endocrinales : sodalite, magnétite

Gorge : calcédoine bleu

Goutte : obsidienne flocon de neige, chrysoprase, lapis-lazuli, turquoise, pierre du soleil, saphir

Grippe : tectite

Guérison des blessures morales : jaspe brun-jaune , rhodonite
Hallucinations : améthyste

Hormones (dérèglement) : pierre de lune

Hydropisie : lapis-lazuli, pierre de lune, turquoise

Hypotension : améthyste, lapis-lazuli, tourmaline verte, grenat

Hystérie : améthyste, cristal de roche, lapis-lazuli

Imagination et projection : malachite, quarte rose, jaspe paysage

Impatience : pierre de lune, améthyste, jaspe pourpre, cristal de roche

Impuissance : cornaline

Indépendance : onyx, rhodonite, topaze, unakite

Individualisme : jaspe léopard, aventurine rouge, obsidienne flocon de neige, topaze

Infécondité : pierre de lune

Infections accompagnées de fièvre : agate, tourmaline, opale

Inflammation : chalcopyrite, malachite, turquoise

Insomnies : sodalite, dumortiérite, hématite, améthyste, opale

Insuffisance pulmonaire : rhodonite, améthyste, turquoise, aigue marine

Intégration des connaissances et des expériences : fluorite, lapis-lazuli, turquoise, améthyste, cristal de roche

Interprétation de visions et de rêves : cristal de roche, malachite, fluorite

Intestins : jaspe paysage, citrine, jaspe léopard, améthyste, serpentine, unakite, opale

Intoxications : topaze, malachite, (usage externe seulement), opale

Intuitions : améthyste, cristal de roche, lapis-lazuli, azurite, rhodochrosite, turquoise
Jambes lourdes : hématite, grenats almandins

Joie de vivre : hématite, jaspe brun-jaune, malachite, quartz rose, citrine, pierre du soleil, opale, chrysoprase

Lâcher prise : obsidienne pourpre « tigril »

Levée des blocages : cristal de roche, œil de tigre, malachite, saphir

Libération de dépendances (alcool, drogues, etc) : onyx
Magie noire (protection): stibine, jais

Mal de dos : hématite, magnétite, serpentine ( muscles), amazonite (cou, épaules) , serpentine

Mal de gorge, problèmes de cordes vocales : calcédoine bleue, amazonite, lapis-lazuli, sodalite, aigue-marine

Mal des transports : aigue-marine, tourmaline melon d’eau

Maladie de Parkinson : malachite, fluorite, cristal de roche

Maladies cardiovasculaires : améthyste, lapis-lazuli, émeraude, opale, turquoise, pierre du soleil

Maladies circulatoires : obsidienne flocon de neige, calcédoine bleue, jaspe pourpre, rhodonite, tourmaline verte, turquoise

Maladies génitales : améthyste

Maux de tête : cristal de roche, améthyste, chrysoprase

Méditation : cristal de roche, améthyste, lapis-lazuli, onyx, malchite

Mélancolie : calcédoine bleue, citrine, opale

Mémoire : bois fossile, fluorite

Migraine : magnésite, agate, émeraude, magnétite, lapis-lazuli, tourmaline verte, dumortiérite
Nervosité : calcédoine bleue, serpentine, améthyste, sodalite, chrysoprase, cornaline, topaze, flurite

Névroses : améthyste, cristal de roche

Nicotine (dépendance) : onyx

Optimiste : citrine, dumortiérite, rhodonite, opale, chrysoprase

Ostéoporose : amazonite, bois fossile, cristal de roche

Ouverture d’esprit : calcédoine bleue, dumortiérite, œil de tigre, cristal de roche

Paix de l’esprit : améthyste, aventurine verte , jaspe paysage, jaspe brun-jaune, onyx, serpentine, sodalite

Patience : jaspe bréchiforme, jaspe paysage, magnésite, jaspe pourpre

Peau : aventurine verte, malachite, souffre, pyrite, agate naturelle

Pensée logique et analytique : onyx, lapis-lazuli, obsidienne, sodalite

Persévérance (favoriser) : grenat almandin, zincite

Perte d’énergie : jaspe pourpre, émeraude, hématite, citrine, opale, turquoise, cornaline

Piques d’insectes : lapis-lazuli, agate

Poumons : turquoise, pyrite de fer, améthyste, rhodonite, aigue-marine

Problème de vue : émeraude, calcédoine bleue, cristal de roche, œil de tigre, lapis-lazuli, onyx, opale

Problèmes d’audition : onyx, calcédoine bleue

Problèmes de sinusite : émeraude, aigue-marine

Problèmes émotionnels : malachite, rhodonite, œil de tigre

Problèmes intestinaux : jaspe paysage, citrine, jaspe léopard, améthyste, serpentine, unakite, opale

Problèmes pulmonaires : turquoise, pyrite de fer, améthyste, rhodonite, aigue-marine

Problèmes urinaires : jaspe paysage, jaspe léopard, lapis-lazuli, turquoise, dandurite

Prospérité : jade, jadéite, agate turitelle

Prostate : jade orbiculaire, chrysoprase

Protection de soi face aux blessures émotionnelles : nacre

Protection électromagnétique : shungite, tourmaline noire
Régénération : hématite, émeraude, citrine, tourmaline, magnétite, opale

Reins : jade néphrite

Réparation émotionnelle : aventurine verte, rhodonite, opale, quartz rose

Résolution de conflits : aragonite, nacre

Rétention d’eau : howlite

Rhumatismes : chrysoprase, obsidienne flocon de neige, émeraude, lapis-lazuli, saphir

Rhume : œil de tigre, calcédoine bleue, tourmaline, turquoise, aigue-marine

Sang (circulation) : topaze impériale, chalcopyrite

Sang (coagulation) : diamant, héliotrope

Sclérose en plaques : lapis-lazuli, malachite, quartz rose, émeraude

Sécurité : lapis-lazuli, jaspe brun-jaune, nacre, jaspe

Sensibilité intérieure : lapis-lazuli, œil de tigre

Sérénité : améthyste, aventurine verte, jaspe paysage, jaspe brun-jaune, onyx, serpentine, sodalite

Sexualité : grenat, calcite orange, cornaline, jaspe pourpre, opale de feu

Sinusite : émeraude, aigue-marine

Somnambulisme : agate, améthyste

Spasmes : hématite, lapis-lazuli, améthyste, cristal de roche

Stabilité, recentrage : agate, jaspe bréchiforme, cornaline, hématite, jaspe paysage, sodalite

 

Inhibition de la Lactation – stopper la montée de lait

Dans son ouvrage « Une maman bio pour un bébé bio », Françoise Jourdain insiste à juste titre sur l’importance de l’allaitement.

Rappelons brièvement les principaux inconvénients de l’allaitement artificiel qu’elle dénonce :

Les composants du lait de vache sont trop différents de ceux du lait humain pour convenir à votre enfant.
Le lait artificiel ne stimule ni son système immunitaire ni sa flore intestinale.
Le lait industriel stresse le système digestif de votre bébé à tel point qu’il entraîne des troubles digestifs et rénaux, des maladies infectieuses et des allergies…
Puis Françoise Jourdain parle des deux avantages fondamentaux du vrai lait maternel.

Je reproduis ici ce passage dans son intégralité, tant il m’apparaît crucial:
« Le lait maternel est vivant. Votre bébé y puise des éléments différents chaque jour, et notamment des immunoglobulines et des cellules macrophages qui vont lui permettre de se défendre contre les agents pathogènes et d’éviter nombre de dysfonctionnements physiologiques. »
« Le contact étroit avec sa maman assure à votre bébé une 0sécurité affective que ne permettra jamais un biberon dont la tétine, en plus, entrave bien souvent le développement correct de son palais et de ses dents. »
Indéniablement, l’allaitement maternel, au moins durant les six premiers mois, mais si possible jusqu’à deux ans, constitue un énorme « plus » dans la santé de votre bébé.

Hélas, allaiter n’est pas toujours possible !

Pour des raisons diverses touchant à la constitution ou à la santé de la maman, ou encore à sa profession, etc., le sevrage prématuré du bébé et l’arrêt de la lactation s’imposent quelquefois.
Il faut donc alors trouver un moyen pour inhiber la montée du lait ou stopper le processus d’allaitement. Or, aller à l’encontre d’un processus naturel n’est pas chose facile…

La lactation présente souvent une opiniâtreté extraordinaire… pour le plus grand inconfort des mères qui doivent cesser d’allaiter.
Ce n’est toutefois pas une raison pour faire appel à des solutions chimiques comme le Parlodel, ce médicament prescrit à une accouchée sur trois en France.

Les méfaits du Parlodel  ( Dostinex en Suisse)

Qu’est-ce donc que ce Parlodel qui permet d’inhiber la sécrétion de prolactine, empêchant ainsi la fabrication du lait ? Et pourquoi est-il si dangereux ?
Eh bien sachez tout d’abord que la molécule qui compose le Parlodel agit sur les circuits nerveux de la dopamine.

Quel gâchis !
La dopamine est en effet une hormone dite de bien-être, comme l’ocytocyne et la bêta-endorphine. Ces merveilleuses hormones sont sécrétées durant vos élans vers l’autre, comme par exemple dans vos relations sexuelles ou… vos accouchements !
Avec un effet analgésique, euphorisant et relaxant, la dopamine diminue votre sensation de douleur et vous aide à vous retirer à l’intérieur de vous-même, dans une sphère sécurisante. N’est-ce pas la sensation idéale pour accueillir votre bébé ?

Pour en revenir au Parlodel, au-delà des dommages qu’il cause à votre métabolisme hormonal, vous devez savoir qu’il s’est aussi rendu responsable d’effets secondaires graves  :
  → accident vasculaire cérébral
  → infarctus du myocarde
  → hypertension artérielle
  → convulsions
  → hallucinations
  → confusion mentale…
et qu’il est donc contre-indiqué de le prendre lors d’antécédents de ces pathologies.

Mais, tenez-vous bien : ces effets indésirables sont connus depuis 1993!
Et ils ont de nouveau été mesurés en 2011… et découragent désormais jusqu’à l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.
L’ANSM vient en effet d’annoncer que le rapport risque/bénéfice de ce médicament n’est plus satisfaisant dans la prévention ou l’inhibition de la lactation physiologique.
Il est d’ailleurs interdit aux Etats-Unis et au Canada, où des méthodes non médicamenteuses sont préconisées.

Et même chez nous, dans certaines maternités, comme Jeanne de Flandres à Lille, le médicament n’est déjà plus prescrit qu’aux patientes qui signent un document les mettant en garde contre le grand nombre de ses effets indésirables.
Quant aux autres, on leur propose directement des produits homéopathiques.
Mais les laboratoires ont plus d’un tour dans leur sac…
Figurez-vous que le petit frère du Parlodel, le Arolac, ne saurait tarder à être mis sur le marché. Cet Arolac enraye lui aussi le métabolisme de la prolactine, l’hormone responsable de vos sensations de satisfaction, notamment après un orgasme.

Encore ! En voudrait-on à votre plaisir ?!

Le pire, c’est que l’efficacité de ce médicament potentiellement dangereux s’est révélée être légèrement supérieure à celle d’un placebo !
Il doit bien exister d’autres solutions que ces médicaments barbares !

Quelles sont donc les solutions naturelles qui s’offrent à vous
pour stopper la lactation ?

Explorons-les, si vous le voulez bien, en évoquant tour à tour deux cas de figure :
  → le sevrage en cours d’allaitement
  → l’inhibition de la montée de lait immédiatement après l’accouchement.

Le sevrage

Avant toute chose, prenez le temps de penser à cette décision, qui est irrévocable dans la très grande majorité des cas.
Une fois interrompue, votre lactation ne se remettra naturellement en route qu’à votre prochaine grossesse.
Dites-vous aussi que tout sevrage prend du temps.
Soyez donc patiente et à l’écoute de votre corps et de votre enfant.
Comptez une période d’environ 4 semaines durant lesquelles vous ferez alterner tétées au sein et au biberon, diminuant progressivement le nombre des premières et augmentant les secondes. Mais, là encore il n’existe pas de règle.

Restez flexible !

Expliquez à votre enfant qu’il va découvrir quelque chose de nouveau, présentez-lui le biberon comme une découverte.
Si votre bébé a moins de 6 mois, commencez par lui proposer un biberon (par exemple de lait de jument) en lieu et place d’une tétée au sein.
Vous pouvez d’ailleurs tirer votre lait pour remplir les premiers biberons.
Cela tempèrera le changement pour votre bébé et l’habituera à la tétine.
Pensez à réchauffer la tétine sous l’eau tiède, afin qu’elle soit à température corporelle.

De votre côté, vous sentirez certainement une tension dans la poitrine, signe d’un trop plein de lait. Vous attendrez avec une certaine impatience la tétée au sein suivante… Tout comme votre bébé !
Certains enfants sont plus enthousiastes avec le biberon s’il est donné par le papa, ou dans d’autres circonstances… N’hésitez pas à faire preuve d’imagination !

D’autres apprécient que les conditions de la tétée soient scrupuleusement respectées (même position, même fauteuil, etc.).
Si votre bébé a plus de 6 mois, proposez-lui une compote ou un fruit frais en remplacement de la tétée de l’après-midi.
Progressivement, vous remplacerez une autre tétée (non consécutive), puis une autre…
Ainsi vous fabriquerez de moins en moins de lait ; la diminution du nombre de tétées au sein entraînant tout naturellement la baisse de votre lactation.

Pour enrayer votre montée de lait

Dans ce second cas de figure, lorsqu’il s’agit, tout de suite après l’accouchement, de ne pas entamer l’allaitement… la difficulté sera évidemment proportionnelle à la persévérance de votre corps à fabriquer du lait.
Pour 70% d’entre nous l’absence de succion de la part du bébé enraye très rapidement le processus de lactation. Pour les autres, cela peut prendre des semaines et être assez douloureux.

 Techniques pour soulager vos congestions

Éprouvez-vous une gêne ?
Vos seins sont-ils durs et douloureux ou rougissent-ils ?
Si c’est le cas, ne risquez pas une congestion qui pourrait quelquefois dégénérer en abcès.

Voici quelques astuces :

  → si le chaud vous apaise : passez de l’eau chaude sur vos seins et laissez s’écouler le trop plein en évitant de l’exprimer manuellement (cela relancerait le processus de fabrication).
  → si c’est plutôt le froid qui vous soulage : placez un bandeau de gel réfrigéré (utilisé pour les migraines ou les coups) sur vos seins, et maintenez-le avec un bandage pas trop serré.
  → si la tension n’est pas supportable : tirez un peu de votre lait afin de désengorger vos seins, mais pas plus, sans quoi la production s’intensifierait.

 Des plantes pour tarir votre lactation

En usage interne :

Abusez du persil, de la sauge et de la menthe fraîche dans vos préparations culinaires.
Buvez des tisanes de sauge et de pervenche : 20 g de feuilles séchées pour 1 litre d’eau bouillante / 3 tasses par jour.
Consommez aussi de l’oseille et de l’artichaut. Ces plantes ont également la réputation d’être des aliments anti-laiteux.
La douce-amère présente elle aussi cette propriété, mais ne devra être utilisée que selon l’avis d’un phytothérapeute, en raison des effets secondaires qu’elle peut entraîner.

En usage externe :

  → Les cataplasmes de feuilles d’ache pilées, éventuellement chauffées avec du saindoux, effaceront rapidement vos douleurs liées à un engorgement.
  → Hildegarde von Bingen préconise les cataplasmes de feuilles d’aulne fraîches chauffées à sec pour soulager les seins engorgés.
  → Vous pourrez également appliquer des cataplasmes de feuilles fraîches de douce-amère, pilées puis chauffées.
  → Les cataplasmes de feuilles fraîches et de tiges broyées de persil sont également très efficaces.

 Mais surtout…

Prenez soin d’éviter toutes les plantes et aliments galactogènes :
  → fenouil
  → fenugrec
  → anis
  → cumin
  → ortie
  → basilic
  → verveine
  → malt d’orge
  → miso

 L’homéopathie à votre secours

RICINUS 30CH : En cas de persistance d’un écoulement de lait après le sevrage, prenez 5 granules de Ricinus Communis 30 CH matin et soir pendant 10 jours.
CANINUM 9CH : En cas de douleurs ou si l’écoulement de lait persiste après le sevrage, prenez également 5 granules de Lac Caninum 9 CH par jour.
PULSATILLA 12 CH : Une dose.
CALCAREA CARBONICA 5 CH : 3 granules matin et soir jusqu’à l’arrêt complet de la lactation.

Ceci est la prescription de l’auteur. Elisabeth conseille une dose RICINUS 15CH les deux premiers jours puis une de 30 CH et tisanes de sauges la première semaine selon le besoin. D‘autres parlent de rajouter lac caninum 30 CH , 3 prises/24H ou la formule Weleda C221, 3 à 5 fois/24H,  le temps nécessaire ( max 5 jours).

Et n’oubliez pas que deux autres techniques de médecine naturelle, l’acupuncture et la réflexologie, savent également vous aider à tarir votre lactation en douceur.

Enfin n’oubliez pas non plus qu’une fois sevré et nourri au biberon, votre bébé aura besoin d’autant plus de soins qu’il n’aura pas pu profiter des immunoglobulines et des cellules macrophages de votre lait.

Pour vous aider à choisir les macronutriments et les micronutriments qui, malgré cela, assureront une croissance sans risque à votre enfant, je vous rappelle que Françoise Jourdain a réuni tous les conseils pratiques qui vous seront utiles dans ce domaine.

Article tiré de « responsable bio«